Archives de catégorie : outils numériques

Base de données internationale du film de conte de fées

En réponse inattendue à mon dernier billet, je viens d’apprendre la naissance d’une base de données internationale du film de conte de fées, élaborée par l’université de Winnipeg sous la direction de Pauline Greenhill, Kendra Magnus-Johnston et Jack Zipes, le dernier étant un spécialiste bien connu de l’histoire sociale du conte de fées.

Une section permet d’expliquer quels ont été leurs choix scientifiques, notamment pour savoir ce qui relève ou non du “film de conte de fées”. Comme les éditeurs le disent eux-mêmes, leur base de données souffre sans doute d’un manque de représentativité des films non anglophones, et elle a ainsi prévu un module de contribution où chaque internaute peut proposer l’ajout de tel ou tel film dans la base, de manière à la rendre la plus exhaustive possible.

On regrettera peut-être que les éditeurs du site n’aient pas jugé utile d’indiquer la manière dont ils ont procédé techniquement pour élaborer leur base de données, mais il semble à peu près évident qu’ils se sont essentiellement fondés, côté données, sur la base IMDB, l’essentiel de leur travail (ce qui n’est certes pas une mince affaire!) ayant ensuite été de choisir ce qui devait ou non rentrer, côté films comme côté données, dans leur base à eux.

Toutefois, quand on regarde bien, et que par exemple, comme nous y invite la vidéo de mode d’emploi, on tente de faire une recherche non par titre de film, mais par “origine” (c’est-à-dire par conte source), on se rend compte qu’à côté du titre Sleeping Beauty se trouve le numéro du conte-type dans la typologie Aarne-Thompson-Uther (ATU 410).

Capture d’écran 2014-07-10 à 09.12.31Capture d’écran d’une recherche effectuée sur l’International Fairy-Tale Filmography.

Par ailleurs, quand on clique, par exemple,  sur l’item Grimm’s Fairy Tales for Adults de 1969 réalisé par Rolf Thiele, on se rend compte dans la description que, dans l’entrée “origins”, on retrouve plusieurs contes sources, qui sont autant de contes-types numérotés selon la typologie ATU.

Capture d’écran 2014-07-10 à 09.24.05

Notice d’un film sur l’International Fairy-Tale Filmography.

Le web des données des contes est en marche ! et cette base montre par l’exemple l’utilité, aujourd’hui, de cette vieille typologie des contes-types élaborée par des folkloristes tout au long du XXe siècle.

Deux manques à combler, me semble-t-il, pour parfaire cette base de données et la rendre parfaitement accessible à tout un chacun.

1/ Il faudrait rendre cette base plus internationale, non seulement en effet par le nombre de films venus de pays non anglophones, mais aussi par la langue d’accès à la base, et notamment aux titres. Il est regrettable notamment que les films soient classés par ordre alphabétique de leur titre en anglais, et non par leur titre dans leur langue d’origine, ce qui pose un certain problème méthodologique. La numérotation ATU, par son caractère non-linguistique, constitue de ce point de vue un mode d’entrée neutre dans la base, et qui pourrait en ce sens faire l’objet d’un mode d’entrée dissocié, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui  – on ne peut demander à voir tous les films correspondant au conte-type ATU 410, mais seulement au conte source “Sleeping Beauty (ATU 410)”: l’anglais s’impose ici comme langue de communication dominante, là où la numérotation pourrait suffire.

2/ Sans doute manque-t-il un accès aux films eux-mêmes, notamment quand ils sont en libre accès sur le web. C’est le cas par exemple du Bluebeard d’Edgar G. Ulmer, disponible sur Internet Archive, et dont le lien serait à ajouter à la fiche présente sur la base de données.

Capture d’écran 2014-07-10 à 09.41.42Notice du Bluebeard de 1944 sur l’International Fairy-Tale Film Database, où Internet Archive ne fait pas partie des liens disponibles.

Mais ces remarques ne sont pas des reproches, plutôt des suggestions de travail à venir.  Il est déjà remarquable d’avoir croisé la base IMDB avec la typologie ATU, et je pense que l’International Fairy-Tale Filmography sera à l’avenir un passage obligé de tout chercheur s’intéressant à l’adaptation filmique de contes de fées… et peut-être aussi des simples amateurs du genre !

Conte-type et web des données

J’aimerais dans ce billet prolonger une réflexion entamée en novembre dernier sur l’utilité qu’il pourrait y avoir à croiser l’approche folkloristique avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). L’idée n’est pas ici celle d’une approche folkoristique de nos sociétés appliquée au matériau du web, ce qui est sans doute tout à fait intéressant, et est d’ailleurs l’objet d’étude d’anthropologues américains comme Trevor J. Blank, qui étudie les mèmes et autres éléments de culture virale d’un point de vue anthropologique. Étudier le folklore d’internet est sans aucun doute passionnant, mais là n’est pas mon sujet : je m’intéresse au conte, et à la manière dont il est possible de comparer des versions orales, textuelles, visuelles, etc. d’un récit.

Or, l’un des outils les plus fréquemment utilisés par les folkoristes pour comparer différentes versions d’un “même” récit a été la typologie Aarne-Thompson, qui est un catalogue de “contes-types”. Qu’est-ce qu’un conte-type ? Nicole Belmont définit cette notion comme un espace narratif et sémantique offrant la possibilité de nombreuses variations. C’est non seulement une structure, mais un ensemble de motifs, qui permettent de dire que La Belle au bois dormant de Perrault et Dornröschen des Grimm, malgré un titre différent, correspondent à “la même histoire”, en l’occurrence le conte-type AT (pour Aarne-Thompson) 410.

Certains détracteurs de l’outil du conte-type, qui est l’élément fondamental de la typologie Aarne-Thompson, lui reprochent de niveler les variations des différentes versions des contes par sa prétention à l’universalité. Cette difficulté me paraît être résoluble assez facilement.

1/ Il faut admettre/comprendre que la notion de conte-type n’a pas de prétention à l’universalité. Comme l’affirme Nicole Belmont après bien d’autres1, l’outil du conte-type a été constitué par les folkloristes de manière empirique, et non “imposé par le haut”, comme par exemple les outils conceptuels de Propp dans son analyse morphologique des contes. Partant, je reprends ici une vieille distinction philosophique entre deux genres de savoirs : ce qui se constitue de manière empirique, et qui n’a de prétention qu’à la généralité, diffère de ce qui se constitue de manière théorique, et qui peut prétendre à l’universalité. Le conte-type fait clairement partie de la première famille, et partant n’a pas prétention à l’universalité : c’est une unité générale, non universelle, de classification des contes.

2/ Il faut admettre/comprendre que le conte-type n’est pas un conte, mais… un type. Ce n’est pas un récit, mais un outil intellectuel permettant de subsumer en lui un certain nombre de récits qui se ressemblent, tant du point de vue de la structure narrative que des motifs. En cela, il ne faut pas, contrairement à ce qui est très couramment fait, confondre la notion de conte-type avec celles de “version” ou de “variante”. Il importe me semble-t-il également dans ce cadre de ne pas ontologiser la notion de conte-type, de ne pas en faire une réalité matérielle : un conte-type n’est pas un texte immobile qui pourrait servir de référence pour comprendre des variations par rapport à lui, vu que… ce n’est pas un texte, mais un simple outil intellectuel permettant de comparer différentes versions textuelles entre elles.

On a parfois aussi reproché à l’outil de conte-type d’être ethnocentré sur l’Europe. Vu que cet outil a historiquement été constitué empiriquement à partir de matériaux européens, il est difficile de lui reprocher de faire ce pourquoi il a été conçu. En revanche, on pourrait lui reprocher d’avoir une prétention à être une clef de lecture universelle pour les contes du monde entier. Mais vu qu’il n’a pas cette prétention (du moins s’il est bien utilisé…), le reproche tombe à l’eau : cet outil est utile pour les contes européens, pas pour les contes asiatiques, africains, amérindiens, etc. En réalité les choses sont plus compliquées, sachant qu’il existe des tentatives d’extension de la typologie Aarne-Thompson aux contes non-européens, mais cela montre seulement que, en l’état, la première n’est pas adaptée aux derniers, mais que, en revanche, parce qu’elle a été constituée de manière empirique et peut encore de ce fait continuer à l’être, elle est adaptable.

Bien évidemment, il existe des mauvais utilisateurs de cet outil, tout comme il existe des gens (enfin… je n’espère pas) qui utilisent un marteau pour planter des vis et un tournevis pour visser des clous. Mais ce n’est pas parce qu’il existe des mauvaises utilisations d’un outil que cet outil est mauvais en soi. Tant qu’on le cantonne à sa fonction, qui est de fournir un outil de classification des contes (pour l’instant) européens, c’est un outil qui s’avère au contraire indispensable pour tenter d’y voir clair dans la profusion des matériaux ethnographiques recueillis depuis deux cents ans, et, avec plus de prudence, des matériaux littéraires.

Soyons clairs également sur un autre point : on peut tout à fait étudier les contes sans utiliser cet outil. Les études littéraires, la plupart du temps, quand elles prennent pour objet la genèse ou la diffusion d’un conte écrit, se confrontent à une dizaine ou une vingtaine maximum de textes différents, dont elles étudient les variations en détail : le faible nombre des textes envisagés rend sans doute dans ce cas inutile l’utilisation d’un outil classificatoire. Mais dès qu’on passe à l’échelle supérieure, et qu’on essaye par exemple de faire le point sur la fortune du conte de Barbe bleue en langue anglaise, ou bien sur le cycle de Cendrillon dans la tradition orale et écrite d’Occident, on se voit confronté à un tel nombre de textes que, ne serait-ce qu’à un stade propédeutique, l’outil du conte-type trouve une utilité certaine.

Du coup, en quoi les NTIC peuvent-elles nous aider à utiliser cet outil ? Je vois deux possibilités.

La première est la possibilité d’une construction/modification/extension de cette typologie de manière collective et internationale par le biais des NTIC. Faire un wiki ? Une base de données en ligne ? Vu la complexité du travail, quel que soit l’outil, il importe 1/ qu’il soit controlé par des personnes compétentes, vu qu’il ne s’agit pas d’effacer ou d’intervertir des numéros n’importe comment, mais de compléter la liste là où la numérotation le permet, ou de subdiviser les numéros, etc., 2/ qu’il soit international, et donc multilingue (au moins allemand/anglais/français, langues dans lesquelles à ma connaissance cette typologie a été utilisée, mais peut-être d’autres langues sont-elles nécessaires, ma connaissance sur le sujet est limitée). En gros, ce que Hans-Jörg Uther, éditeur de l’Enziklopädie des Märchens, a fait récemment de manière traditionnelle en proposant un remaniement de la typologie prenant la forme de trois lourds et coûteux volumes reliés, il s’agirait de le faire en ligne, en open access, et sous forme de travail continu, de work in progress permanent. C’est un travail complexe, mais vu que la numérotation n’est pas censée bouger2, c’est méthodologiquement possible, et sans doute plus facilement faisable avec les NTIC que sans. Ce qui est compliqué à formaliser sous la forme d’un livre (par exemple le nom du conte-type dans le catalogue du conte français de Delarue, différent de celui donné par le catalogue d’Aarne, différent de celui donné par Aarne-Thompson…) serait “facile” à formaliser sous la forme d’une base de données. Le numérique est d’ailleurs de manière générale plus approprié que l’imprimé à ces formes de documents réunissant une multitude d’unités discrètes que sont les index, listes, encyclopédies, dictionnaires, etc.

La deuxième prend en compte non la possibilité, réelle, d’outils numériques de construction collaborative de données, mais celle, à venir, d’un web des données. Pour faire simple, prenons un exemple tout à fait fictif. Une équipe de chercheurs du Brésil décide de mettre à disposition sous forme numérique un ensemble de contes recueillis de la tradition orale lusophone à la fin du XIXe siècle. Parallèlement, une équipe de chercheurs français élabore une édition critique en ligne des contes de Perrault. Les deux corpus contiennent un ou plusieurs textes qui sont des versions du conte-type AT 410 (« La belle au bois dormant »). Comment faire pour que l’internaute, quand il cherche plusieurs versions du conte « La belle au bois dormant », puisse se voir renvoyés les liens vers ces deux corpus très différents ? Et comment faire pour que, en consultant l’édition critique de Perrault, il puisse ensuite facilement se voir renvoyé vers d’autres versions du même récit ? Il faut pour cela que, à un endroit du document web (dans les métadonnées pour un document écrit, tel un texte édité en TEI, dans les données pour une base de données), on puisse spécifier les contes-types. La structuration des données et les algorithmes de recherche font le reste. Le conte-type pourrait donc constituer, parce que c’est un outil avant tout d’indexation et de classification, et en cela approprié à la logique informatique, une formidable porte d’entrée vers le web des contes. Si les contes-types, par exemple, pouvaient faire leur entrée dans les encodages de la TEI (ce qui ne semble pas être le cas, j’ai regardé très rapidement dans les guidelines, mais je n’ai pas trouvé d’entrée “tale-type”), on pourrait faire le lien entre Chaucer, Straparole, Souvestre, Grimm, Perrault, et bien des recueils anonymes de tradition orale. Faire le lien, néanmoins, n’est pas analyser, encore moins interpréter, ce qui reste, selon moi (et bien d’autres) l’apanage des êtres humains sensibles à la pensée symbolique, non celui des ordinateurs qui ne peuvent faire que de la textométrie, contrairement à ce que certains voudraient leur faire faire.

Et il en va du conte-type comme d’une entrée d’index : certes, comme le remarque Nicole Belmont, le conte-type n’est pas qu’un espace narratif, mais aussi un espace sémantique. Mais c’est à l’humain – chercheur en littérature, en anthropologie, ou tout simplement lecteur ou auditeur – d’en construire le sens : le conte-type n’est là, comme internet, comme la forme codex, que pour lui dire où chercher.

 

 

1 Nicole Belmont, « Du catalogue à l’“histoire cachée”. À propos de la typologie Aarne-Thompson », dans Mythe, conte et enfance. Les écritures d’Orphée et de Cendrillon, Paris : L’harmattan, 2010, p. 31-48. (Paru à l’origine dans les Cahiers de littérature orale, 2001, no 50.) Un autre article important est celui de Marie-Louise Tenèze, « Du conte-type et du genre », Fabula, no 20, 1979. On pourra aussi lire sur JStor une critique (positive comme négative) de cet outil par le folkloriste américain Alan Dundes.

2 Il faudrait néanmoins inévitablement partir de la dernière liste Aarne-Thompson-Uther, plus complète et à jour que la liste Aarne-Thompson.

Walter Crane et Barbe bleue, une édition critique. Work in progress

Depuis octobre dernier, je suis en post-doctorat à la MSH Val-de-Loire, où je travaille entre autres, et notamment depuis quelques mois, sur un projet personnel. Ce projet est celui d’une édition critique numérique d’un album pour enfants du XIXe siècle, dont je publie le descriptif ci-dessous.

Objet

Walter Crane est l’un des acteurs majeurs de l’art anglais de la fin du XIXsiècle. Surtout connu en tant qu’illustrateur, il a aussi réalisé de nombreuses œuvres dans les domaines du vitrail, de la céramique, de la peinture à l’huile, de la tapisserie, etc., dans un contexte historique et culturel de renouveau des arts décoratifs marqué par le mouvement Arts and Crafts, dont il est l’un des principaux représentants avec William Morris. Artiste engagé, il illustre de nombreux tracts et bannières socialistes, et a une activité pédagogique nourrie à partir des années 1890, enseignant dans diverses institutions et publiant de nombreux livres théoriques sur les arts décoratifs.

Théoricien, pédagogue, écrivain et artiste, Walter Crane a donc la particularité d’avoir aussi bien illustré les ouvrages d’autrui que les siens propres. Des éditions en fac-similé de ses albums, livres illustrés ou livres théoriques ont été publiées au cours du XXsiècle, et plusieurs éditions anciennes, originales ou non, ont été numérisées et sont disponibles sur Internet, grâce notamment à des agrégateurs d’archives ouvertes comme Internet Archive. Mais il n’a jamais à ma connaissance été proposé d’édition critique de livres de l’artiste, que ce soit en format papier ou électronique. Mon projet consiste donc à mettre en place une édition critique d’un ou plusieurs de ses livres, en libre accès et dans une technologie ouverte, qui permette de mettre à disposition ses ouvrages pour le chercheur et l’étudiant sous une forme à la fois agréable et savante. Et notamment, pour commencer, l’un des toy books (albums) qui ont fait sa renommée.

Quel type d’édition ?

Je veux publier une édition numérique, fac-similé, critique, d’un toy book de Walter Crane.

Numérique, parce que ce que j’envisage de faire ne peut se faire sur papier, mais aussi pour que l’ouvrage soit en libre accès.

Fac-similé, parce qu’il importe que la mise en pages de l’édition d’origine soit respectée, celle-ci étant soit signifiante, soit significative des contraintes éditoriales de l’époque, qui font partie de l’histoire de l’objet-livre.

Critique, parce que cette mise en pages, aussi bien que le texte et les images, méritent un apparat critique pour que les richesses tant esthétiques que symboliques de l’ouvrage soient rendues accessibles à un large public.

Le but de ce projet est notamment de montrer qu’il est possible, avec les outils numériques, de faire ce qu’il est très difficile de faire avec le papier1, à savoir d’éditer un apparat critique aussi bien pour les images que pour le texte. Les éditions numériques critiques d’œuvres littéraires existent, mais seul le texte est alors l’objet d’un commentaire2 ; à l’inverse, dans les expositions virtuelles comme celles, par exemple, de la Bibliothèque nationale de France, ce sont les images qui sont l’objet de commentaires ou d’explications, mais pas les textes. L’idée est de combiner les deux approches, celle de l’édition et celle de l’exposition, de manière fluide et dynamique, pour faire émerger un nouveau modèle d’édition critique d’objets visuels3.

Pourquoi les toybooks ? Et lequel ?

Les toy books comptent parmi les premières réussites dans la carrière de Walter Crane, et l’historiographie en fait l’une de ses réalisations majeures dans le champ de l’illustration. Ils constituent par ailleurs un jalon très important dans le champ de l’histoire de l’album pour enfants, champ qui rencontre un intérêt certain depuis quelques années notamment auprès des chercheurs en littérature pour la jeunesse. Enfin, techniquement, les toybooks sont de petits ouvrages d’une bonne vingtaine de pages, qui du fait de leur taille sont plus faciles à numériser, retranscrire et éditer que des ouvrages plus volumineux du même artiste.

Par ailleurs, étant donné que nous voulons faire une édition critique des images, nous devons composer avec les archives existantes, en l’occurrence celles du fonds Walter Crane conservé à la Whitworth Art Gallery, à Manchester, qui conserve certains croquis et épreuves préparatoires qui permettent de mieux comprendre la genèse des images. Après consultation de ce fonds, le choix s’est arrêté sur un album en particulier : Bluebeard, qui est particulièrement riche en tant que tel, et offre une possibilité d’exploitation des archives de la Whitworth Art Gallery (WAG).

La première édition, publiée par Routledge, date de 1875. Elle est très rare, et peu de bibliothèques en dehors de la National Art Library (V&A Museum, Londres) en conservent un exemplaire (même la British Library semble ne  pas en posséder un). Les toy books ont été réédités avec de nouvelles couvertures par l’éditeur John Lane dans les années 1890, et en bien des points la réédition de la fin du siècle peut être considérée comme plus intéressante à rééditer que l’édition princeps publiée par Routledge. L’idée est donc d’éditer cette réédition John Lane des années 1890 plutôt que la première édition Routledge, ce choix étant motivé tant matériellement que scientifiquement. Un exemplaire de cette édition a été acquis à cet effet par le SCD de l’université François-Rabelais (Tours), pour être numérisé en interne.

 

IMG_0327La première de couverture de l’exemplaire devant être numérisé. Acheté à un très aimable libraire anglais, Neil Phillip, qui s’avère être aussi un écrivain, critique, folkloriste, et grand amateur de contes de fées !!

Cahier des charges

L’édition numérique comprendra les éléments suivants :

  • une page d’accueil décrivant le projet, et comprenant les remerciements pour les différents partenaires institutionnels (MSH, Manchester Metropolitan University Library, Whitworth Art Gallery et autres) ;
  • l’édition proprement dite.

L’édition comprendra :

— une introduction présentant l’ouvrage, son histoire, et les principaux axes de lecture déployés dans l’apparat critique ;

— un jeu d’images haute résolution, qui permettront par un système de défilement de passer d’une double page à l’autre et de lire le livre sur écran ;

— un système de pagination ou de chemin de fer permettant d’atteindre directement telle ou telle page ;

— un système de zonage au sein des double pages de l’album, permettant de manière dynamique de faire apparaître d’un clic l’apparat critique concernant tel ou tel détail, textuel ou visuel, en contrebas de la visionneuse ;

— un ensemble de notes en français concernant le texte comme les images, qui pourront comprendre du texte aussi bien que des images, cet apparat critique prenant la forme d’onglets permettant par ailleurs une consultation des notes en autonomie de l’image ;

— deux annexes bibliographiques ;

— une traduction générale de l’ensemble en langue anglaise, de manière à ce que le livre soit entièrement bilingue, et puisse ainsi profiter ainsi d’une visibilité maximale, notamment en direction des établissements partenaires de Manchester.

L’articulation visuelle et technique de ces différents éléments a été élaborée à l’aide de l’atelier numérique de la MSH, l’idée étant de proposer l’interface la plus ergonomique possible, avec un système d’onglets permettant de mettre en valeur telle ou telle partie du fac-similé, que ce soit pour le texte ou les images.

Une publication des PUFR

Un autre partenaire entre en jeu, les Presses universitaires François Rabelais (PUFR). L’idée est de publier une édition critique, et donc il faut que, selon les usages académiques, cette publication soit validée par un comité de lecture qui atteste de sa qualité et de sa pertinence scientifiques. À terme, donc, la publication devrait voir le jour au sein de la collection Iconotextes des PUFR. Elle devrait voir le jour… si tout se passe bien, début 2015?

_________

1 De rares exemples existent, comme les éditions savantes des livres enluminés de William Blake éditées par Geoffrey Keynes chez Oxford University Press, ou bien par David Bindman pour le William Blake Trust (Princeton University Press et Tate Gallery, 1991-1995).

2 Ainsi par exemple des livres d’emblèmes de la Renaissance édités par l’université de Glasgow, où se côtoient d’un côté les vues photographiques des livres en fac-similé, et une édition TEI des textes, sans apparat critique sur les images, pourtant d’importance centrale.

3 Je m’inspire ici notamment de l’édition numérique des Letters of Van Gogh, qui comprend un apparat critique pour les textes, mais propose également un jeu d’images en rapport avec le contenu du texte, voire avec celui des images quand la lettre est illustrée. Toutefois, les images ne sont pas dans cette édition l’objet d’un apparat critique à proprement parler, pas supplémentaire que je veux franchir.

Colloque Doré en ligne

Depuis déjà quelques temps déjà le musée d’Orsay met les colloques qu’il organise en ligne, cette fois-ci en combinant les projections diapositives avec les prises vidéo des intervenants. Celui du colloque consacré à Gustave Doré a été monté et vient d’être publié en intégralité sur leur site. En attendant une éventuelle publication des textes sous une forme ou une autre (électronique ou imprimée), on peut donc visionner, avec les images, les interventions de divers spécialistes de l’œuvre du plus illustre des illustrateurs.

L’édition numérique : quel modèle économique ?

Le 2 décembre a eu lieu la deuxième séance du séminaire « Ebook An 3 », organisé par Joëlle Lemarec (Paris 7), Sylvie Bosser (Paris 8) et Françoise Paquienséguy (Sciences-Po Lyon), en partenariat avec les éditions Vrin et les Éditions des archives contemporaines. Le débat a porté sur la question du modèle économique du livre numérique, avec deux intervenants, Mikaël Ferloni, des éditions MKF, et Syvie Bosser, maître de conférences à Paris 8.

Quelles solutions économiques pour une offre couplée ?

Partir du contenu

Mikaël Ferloni a fondé les éditions MKF en 2008 après avoir travaillé notamment pour les éditions Conti ou l’émission Thalassa : il est donc rompu à la fois aux chaînes éditoriales « traditionnelles » de l’écrit comme à celles de l’audiovisuel, et s’intéresse aux éditions MKF à expérimenter des modes d’édition véritablement multimédiatiques, où le numérique prend tout son sens du fait des possibilités techniques offertes pour l’édition de documents audiovisuels ou de webdocumentaires interactifs. Sa collection d’ebooks « Les historiques » ne se contente par exemple pas de mettre à disposition un texte, mais fournit des enrichissements numériques qui donnent tout son sens au média utilisé, comme par exemple une interview-préface d’Aimé Césaire à l’édition numérique du Code noir. Pour autant, Mikaël Ferloni met en garde contre le diktat de l’enrichissement systématique, qui parfois ne met pas en valeur le contenu mais le masque : l’arrivée de l’Ipad en 2010 a été perçue par les éditeurs comme une sorte d’Eldorado à conquérir, et ils se sont parfois rués vers la programmation d’applications, par ailleurs très lourde financièrement, sans se préoccuper de la pertinence de cette éditorialisation. En plus de cela se pose le problème du matériel, à savoir que les liseuses, contrairement aux tablettes, ne peuvent pas accueillir les contenus audiovisuels. D’où deux horizons possibles pour le livre numérique, à savoir l’enrichissement médiatique (via les tablettes) et l’homothétie, c’est-à-dire la reprise à l’identique de contenus textuels (via les liseuses). Nous ajouterons qu’à ces deux horizons éditoriaux et technologiques distincts correspondent deux usages distincts en matière de lecture numérique : l’un qui considère le texte comme un simple point de départ à une exploration multimédia correspondant à une sorte de flânerie cognitive, avec la perte d’attention subséquente qu’ont tant critiqué Cédric Biagini ou Roberto Casati, et l’autre une lecture textuelle approfondie et « immergée », adaptée par exemple à la consommation en masse de littératures policières ou d’heroic-fantasy. « Ipad contre ebook », donc. Mikaël Ferloni insiste en tout cas sur l’idée qu’il ne faut pas faire entrer du contenu « de force » dans un contenant, fût-il attractif et à la mode, mais qu’il faut partir du contenu, seul moyen de l’éditer correctement. Tout n’est donc pas à imprimer ni à mettre en ligne, cela dépend du contenu, et pour les textes du genre littéraire et des usages qui en sont attendus. Le numérique n’est pas un « bonus » mais un contenu à part entière, et l’adoption d’un support numérique pour les textes mène nécessairement à fragmenter ces derniers : à chaque support son usage, et donc son mode d’éditorialisation.

La collection des « Humanités numériques »

C’est à partir de cette réflexion que Mikaël Ferloni a décidé de créer une nouvelle collection, « Humanités numériques », qui devrait voir le jour début 2014. Celle-ci comprend déjà trois titres, et veut accueillir des livres engageant à une réflexion sur l’influence de l’apparition des médias numériques dans notre société sur notre manière de construire le savoir, les arts, etc. Le premier volume, La Culture par les foules ?, s’intéresse aux phénomènes du crowdfunding et du crowdsourcing ; le second, Le Musée augmenté, se pose la question du prolongement de l’espace muséal dans l’environnement numérique ; le troisième, Le Cinéma à l’heure du numérique, s’interroge sur la place du cinéma après l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Pour ces trois livres, Mikaël Ferloni veut mettre en place une offre couplée à prix unique, à savoir papier + epub = 10 € ; ou epub = 10 € (prix à simple valeur d’exemple). Cela est possible grâce à une fragmentation du contenu textuel sur support numérique, et à la mise en place d’un grand article de synthèse (30 000-40 000 signes environ) pour l’édition papier, qui reprend dans les grandes lignes l’argumentation des différents chapitres proposés exclusivement par l’édition numérique. On n’a donc pas affaire à une édition homothétique, mais à une véritable différenciation du contenu en fonction du support : même si le grand article de synthèse est repris sur le support numérique en guise d’introduction, les usages sont pensés comme différenciés : la vulgarisation des thèses de ces livres vont à l’édition papier, et les argumentations plus détaillées, destinées aux spécialistes, vont à l’édition numérique.

Si au premier abord le livre papier peut donc sembler du point de vue commercial un simple « bonus » par rapport à l’ebook, son maintien dans le circuit éditorial est rendu pertinent par sa fonction propre, qui est celle de la vulgarisation ou de la synthèse : s’il est redondant quant au contenu par rapport au livre numérique, le livre papier est complémentaire de ce dernier du point de vue de son usage de lecture, ou, si l’on veut, du public visé, qui n’est pas le même que celui visé par l’epub seul. On peut dès lors imaginer que le lecteur non averti pourra acheter la version papier + epub pour lire la version papier et s’il le désire, dans un second temps, aller voir les chapitres qui l’intéressent dans la version électronique ; alors que le lecteur non averti (en gros, les universitaires et les professionnels du sujet traité) pourra n’acheter que l’epub dans le désir d’aller directement vers le contenu spécialisé tout en gagnant de la place dans sa bibliothèque physique.

Une offre couplée

Ce faisant, la solution d’offre couplée au même prix répond également à une réflexion en cours sur le prix du livre numérique, qui en dehors de la question de l’ouverture des fichiers qui a agité le mois dernier l’Assemblée nationale pose justement des problèmes de modèle économique dans le cas où un éditeur voudrait proposer une offre couplée : comment garantir le prix unique du livre numérique si l’on veut proposer des offres couplées (papier + ebook) plus attractives que l’achat du livre papier d’un côté et du livre numérique de l’autre ? Une expérimentation de ces « bundles » est en cours, et la solution de Mikaël Ferloni pourra sembler une issue intéressante dans la mesure où elle part du contenu pour diversifier les supports, et non l’inverse : elle ne part pas d’un impératif commercial pour faire rentrer « de force » du contenu textuel dans un modèle économique qui nuirait à la mise en forme du contenu, et donc à sa lecture, et donc paradoxalement à sa diffusion commerciale.

Ceci étant dit, on pourra tout de même se poser la question de la possibilité de l’application de cette fragmentation éditoriale à d’autres contenus textuels : autant le livre de sciences humaines, décomposé en chapitres possédant chacun leur unité argumentative, voire en différents articles autonomes dans le cas des actes de colloque, supporte assez bien cette fragmentation, autant d’autres œuvres reposant sur la continuité de lecture, comme le roman, la supportent assez mal : si ce modèle d’offre couplée peut donc sembler une solution viable pour les humanités numériques, on peut donc légitimement se demander si elle est « exportable » à d’autres genres textuels. Une seule chose est sûre au final : si l’on veut de l’édition de qualité, il faut partir du contenu.

Quid du gratuit ?

État des lieux de l’offre gratuite : l’offre illégale

Sylvie Bosser, maître de conférences en sciences de la communication à l’université Paris 8, a de son côté voulu présenter un autre modèle économique, celui du livre numérique gratuit. Elle est en cela partie d’un constat : la banalisation de l’idée d’une gratuité de la culture sur le web. Selon une enquête GFK datant de juillet 2011, les livres gratuits correspondent à 77 % des livres numériques téléchargés, dont 27 % sur des sites illégaux. En dehors du problème posé par l’enquête elle-même, où l’on suppose que les interrogés n’ont pas nécessairement tous voulu témoigner du fait qu’ils aient téléchargé des livres illégaux, force est de reconnaître que la grande majorité des livres numériques consommés l’ont été de manière gratuite : est-ce un problème d’usage, et donc de demande qui ne correspondrait pas à une offre par ailleurs existante, ou bien au contraire d’absence d’une offre payante suffisamment abondante, visible et structurée ?

Pour comprendre cette dimension de l’offre gratuite, Sylvie Bosser propose de revenir en janvier 2012, où, avec la fermeture du site Megaupload, se déroule le premier épisode, dans le domaine du livre numérique, de la contre-offensive des éditeurs professionnels vis-à-vis de l’offre illégale, particulièrement abondante, difficile à circonscrire, et donc à circonvenir. En octobre 2012 a lieu en France, dans la même lignée, une action en contrefaçon du SNE conte le site Team Alexandriz, qui propose le téléchargement gratuit de livres numériques très récents, et dont le copyright devrait donc normalement être reversé à des ayant-droit (éditeurs et auteurs). Le site Team Alexandriz, quant à lui, se considère « dans les clous » dans la mesure où il affiche sur une page « Disclaimer » que la loi L. 122-5 du Code de propriété intellectuelle autorise la copie d’une œuvre à usage privé, et affirme donc ne proposer le téléchargement d’ebooks que dans le cadre précis où l’acquéreur posséderait déjà un exemplaire papier du livre téléchargé. Critère invérifiable bien évidemment, et qui de par son invérifiabilité fait perdre de sa légitimité à l’affirmation du caractère légal de l’offre proposée. Toujours est-il que la Team Alexandriz, comme beaucoup d’autres communautés de partage illégal d’œuvres intellectuelles, souvent spécialisées dans un domaine particulier (les romans de genre, les mangas, etc.) tient bon justement grâce à son caractère communautaire, où tous les membres ont passionnés par les contenus, souvent militants quant à la problématique de la gratuité de la culture sur le web, et insaisissables justement du fait du caractère collectif de la mise en place de cette offre. Leur profession de foi s’enrichit par ailleurs d’un argument jugé décisif, à savoir que les ebooks mis à disposition sont relus et corrigés, et donc améliorés par rapport au travail d’éditorialisation effectué par les éditeurs traditionnels : du point de vue juridique, le fichier ayant reçu des modifications entre sa mise en vente par l’éditeur et sa mise à disposition gratuite, on peut sans doute d’ailleurs se demander si cet argument ne fait pas mouche, mais seule la jurisprudence nous l’apprendra.

L’offre légale et la modélisation économique du gratuit

L’offre légale est constituée en France quant à elle pour une large part de Gallica, et dans une moindre mesure d’initiatives isolées comme celle des éditions de l’Éclat, avec leur mise à disposition de « lybers ». Mais aussi d’une mise à disposition de livres financée par la publicité, comme dans le modèle construit par Google Books. Sylvie Bosser attire alors l’attention sur les trois modèles économiques de gratuité rendus possibles par le web théorisés par Chris Anderson en 2009 dans son livre Free: The Future of a Radical Price (New York, Hyperion). Le premier modèle consiste à financer la gratuité par l’achat d’un produit en plus du produit gratuit : il s’agit du livre « cadeau » donné à un consommateur en bonus d’un autre achat, la perspective du « cadeau » participant bien évidemment d’une stratégie commerciale bien déterminée. Le second modèle consiste à financer la gratuité du livre par de la publicité connexe : c’est le modèle mis en place notamment par Google. Le troisième modèle correspond au freemium : une version gratuite d’un objet dont la version améliorée ou étendue est payante, appelée premium. Cela ressemble beaucoup au final, d’une certaine manière, à la formule proposée par Mikaël Ferloni pour sa collection des « Humanités numériques », dans la mesure où le livre papier, au contenu limité, pourrait être considéré comme une version freemium d’un ebook payant comportant l’ensemble du contenu disponible. Mais la comparaison s’arrête là, dans la mesure où Mikaël Ferloni n’a visiblement pas cette stratégie, et pense plus en terme de complémentarité de supports qu’en termes de version réduite et étendue d’un même ouvrage : son édition papier n’est d’ailleurs pas vraiment gratuite, mais livrée comme une possibilité supplémentaire fournie à l’acheteur de l’ebook. On trouve ainsi comme une combinaison du premier et du troisième modèle.

Dans la discussion très riche qui a suivi, il a été question de l’open access et de la pertinence de la gratuité ou du payant en fonction des contenus textuels édités : a notamment été évoquée la place particulière qu’occupe l’édition en sciences humaines dans le paysage éditorial, qui a connu une certaine inflation depuis l’apparition de l’édition numérique – mais n’en a-t-il pas été de même pour d’autres domaines éditoriaux ? S’il est vrai que l’édition numérique a provoqué une inflation notamment en matière de revues scientifiques accessibles en ligne, il est tout aussi vrai que, malgré la crise de l’édition, le nombre de sorties continue à augmenter tous les ans, l’une comme l’autre inflation ne profitant pas à la visibilité de l’offre, et la surproduction restant la règle.

 

Au final, si l’on pouvait compléter les trois modèles de Chris Anderson, qui concernent l’économie du gratuit opérée selon les critères commerciaux d’une entreprise privée, il faudrait mettre en valeur selon nous deux autres modèles : un modèle de gratuité financée, directement ou indirectement, par l’État, comme par exemple l’offre légale dispensée, pour des contenus différents, par Gallica ou Openedition ; et un modèle « communautaire », pour le moment la plupart du temps illégal, qui est celui des communautés de partage du type de Team Alexandriz. En somme, trois modèles, l’entreprise, l’État, et l’association (même si Team Alexandriz n’est pas une association au sens de la loi de 1901, elle fonctionne économiquement sur le même modèle d’une communauté de bénévoles), qui à notre sens ont tous trois leur place à prendre dans le paysage de l’offre culturelle. Sous réserve bien sûr que l’offre « associative » se légalise, et donc aussi, peut-être, que le droit de la propriété intellectuelle évolue : celui-ci a fait l’assaut ces dernières années de maints lobbyings protectionnistes, qui acceptent mal l’émergence de concepts comme le copyleft ou l’open access, et il n’y a aucune raison que l’entreprise soit le seul interlocuteur du débat, comme c’est trop souvent le cas de nos jours (dans notre domaine, c’est souvent le SNE qui est consulté, et pas les autres syndicats de professionnels de la chaîne du livre). Il ne s’agit donc pas de barrer la route à l’entreprise en lui ôtant toute possibilité d’exploitation commerciale d’un contenu culturel : il s’agit juste que tout le monde s’y retrouve, et qu’on arrête de faire rentrer du contenu « de force » dans des contenants non adaptés à leur mode de lecture, ce qui ne laisse jamais rien présager de bon tant pour la pérennité des œuvres intellectuelles (quelle durée de vie a une application pour Ipad ?) que pour la protection des droits des consommateurs ni des auteurs. On remerciera pour cela Sylvie Bosser d’avoir considéré l’offre illégale comme une offre à part entière, ce qui est rarement le cas : tout illégale qu’elle soit, elle correspond à une véritable attente des lecteurs, et doit pour cette raison légitimement avoir voix au chapitre. Du moins si l’on part d’une politique de la demande et non de l’offre, ce qui n’est pas forcément paradigmatique du système actuel. Pour cela, comment faire quand on construit l’offre et que l’on est éditeur ? Comme dirait Mikaël Ferloni, il faut partir des contenus pour leur adapter les supports, et non l’inverse : c’est la meilleure manière que ces contenus trouvent leur lectorat et que, par conséquent, les modèles économiques fonctionnent, qu’ils passent ou non par la gratuité.

Conte, illustration et humanités numériques

Je viens d’être recruté à la MSH Val de Loire pour un an en qualité d’ingénieur de recherches en humanités numériques, et aussi je m’intéresse beaucoup en ce moment à tout ce que les outils numériques peuvent apporter à la recherche sur le conte ou l’illustration. Je travaille actuellement à une édition numérique de livres illustrés qui exploite au mieux le caractère multimédia et la souplesse de structuration formelle du support numérique, pour faire ce que le papier n’arrive que difficilement à faire, en l’espèce une édition critique d’album pour enfants qui comporte également un appareil critique pour l’image, à la manière d’une exposition virtuelle. J’espère avoir l’occasion d’en reparler ici.

Walter_Crane23

Walter Crane, illustration pour Little Red Riding Hood, xylographie. Source: Wikimedia.

Mais je vois également d’autres utilisations possibles du support numérique, par exemple, tel que cela a été développé par l’anthropologue Jamshid Tehrani (je remercie Catherine Velay-Vallantin pour m’avoir fait connaître cet article), une base de données permettant de cartographier la diffusion géographico-historique d’un conte-type donné (ou plus exactement ici de deux contes-types jugés proches), à travers le renseignement de toutes ses variantes. Cela pose des problèmes méthodologiques intéressants, notamment le fait d’accepter que le conte-type soit une catégorie pertinente, ce qui suppose d’accorder une réalité à “la tradition orale” et une certaine utilité aux travaux d’Aarne-Thompson, ce qui ne fait pas consensus, au moins en France, parmi les chercheurs sur le conte. (Et si l’on veut connaître mon avis sur la question, oui la catégorie de conte-type est utile, de même que la typologie d’Aarne-Thompson, du moment qu’elle ne soit pas mal utilisée, et donc que les contes-types ne soient pas réifiés et érigés en modèles esthétiques à l’aune desquels on viendrait juger de la perfection de ses variantes.)

J’apprends dans l’article mis en lien ci-dessus que les algorithmes utilisés pour sa démonstration sont issus de technologies développées par des biologistes pour des analyses phylogénétiques, et qui ont déjà par ailleurs été utilisées par des philologues pour analyser l’évolution des textes bibliques, ou celle de l’intertextualité des contes de Canterbury. Ce qui appelle deux remarques. La apremière est qu’il est frappant de voir que ce sont les mêmes modèles méthodologiques qui ont été utilisés en biologie et en folkloristique pour arriver à retracer l’évolution, d’un côté du vivant, de l’autre de la tradition orale. Ce qui amène à considérer que l’intuition des Grimm selon laquelle les contes sont des organismes vivants n’est peut-être pas si idéologique que ça, ou du moins qu’il y a dans cette intuition un fond de vérité qu’il est difficile de refouler comme la simple marque d’une esthétique romantique complètement dépassée. Certes, les contes de tradition orale ne sont sans doute pas vivants au même titre que peuvent l’être des algues, des fourmis, des oiseaux ou des fougères. Mais du moins il faut considérer sérieusement l’analogie entre art et vie, comme a pu le faire notamment le philosophe Alain Séguy-Duclot à travers plusieurs de ses ouvrages, notamment Définir l’art et Penser la vie. Les deux relèveraient d’une dissémination et d’une évolution par types, ce qui est abordé plus avant dans Culture et Civilisation, et qui rendrait d’autant plue pertinente la notion de “conte-type”. Mais cette question demanderait évidemment des développements plus importants.

Deuxième chose, les mêmes modèles méthodologiques ont été utilisés pour retracer l’histoire de textes, ce qui tend à montrer 1/ que les approches folkloristiques et philologiques ne sont a priori pas incompatibles, 2/ qu’il y aurait une voie, peut-être, à suivre, qui combine histoire philologique des contes et histoire anthropologique. Cette voie est à construire, je ne le ferai pas tout seul, d’autant plus que tout ça n’est pas ma spécialité (je reste un historien de l’art et du livre illustré), mais peut-être pourrait-on y voir une voie de réconciliation entre approches littéraire et anthropologique du conte. Tout en gardant toutefois bien en tête que la poétique du conte de tradition orale diffère en profondeur des logiques mises en œuvre par la culture lettrée pour en rendre compte, et que pister des contes ne se fait donc pas de la même manière que pister des textes, ou du moins que cela ne veut pas forcément dire la même chose : l’un est un genre littéraire, l’autre une manifestation écrite de ce genre.

(Plus de renseignements sur Jamshid Tehrani.)

Garamond ou Garamont?

Très beau site sur la police de caractères Garamond, à l’occasion du 450e anniversaire de la mort de son créateur, Claude Garamont. Vous souhaitez en savoir plus sur ce caractère classique, indémodable, sur les circonstances de sa création, ses variations historiques, ses recréations contemporaines, les valeurs et symboliques qui lui sont attachées? Allez-y voir, c’est hébergé et produit par le ministère de la Culture, et très bien fait.

État des lieux

Cela fait très longtemps que je ne suis pas venu alimenter ce blog, à tel point que j’ai pensé à un moment le désactiver: manque de temps et de motivation pour écrire. Je me donne néanmoins une petite chance pour essayer de recommencer à écrire régulièrement, mettons une fois par mois.

Quoi de neuf depuis plus de six mois (du moins dans ce qui peut intéresser Ombres vertes, rien de privé ici)?

L’exposition que je préparais sur le sujet de la maison Mame s’est très bien déroulée, on peut en voir quelques photos sur le blog du projet de recherches afférent. L’exposition a connu un très vif succès, non seulement de la part des amateurs d’art et du livre, mais aussi de toute une partie de la population, de Tours ou des environs, qui ont travaillé à la maison Mame, ou dont des membres de la famille ont travaillé chez Mame, etc. Seul défaut à mon sens: la durée de l’exposition, qui n’a pas été au-delà de 6 semaines, et n’a pas permis à tous ceux qui voulaient aller la voir de s’y rendre. Question de calendrier… mais le catalogue d’exposition (au sens strict un livret d’exposition dans la mesure où les œuvres exposées n’y sont pas répertoriées), édité par Silvana, est disponible en librairie. Demandez-le à votre libraire (plutôt que de l’acheter sur Amazon, mais il y est aussi disponible).
C’est mon premier livre publié. Au passage, donc, à nouveau un énorme remerciement à Michèle Prévost, Bérangère Rouchon-Borie, et surtout Cécile Boulaire pour leur aide et leurs relectures, aussi bien concernant le livre que l’expo. Le tout vient un peu tard ici, mais je suis très satisfait du résultat, et il est juste de mentionner que je ne suis pas le seul à y avoir contribué.
Le volume du colloque Mame, beaucoup plus érudit et important en taille que le livret d’exposition, est en route, et devrait être publié si tout se passe bien l’année prochaine aux Presses universitaires de Rennes. J’y dirige un chapitre et y ai un article.

William Blake, The Marriage of Heaven and Hell, page de titre, version C (Morgan Library and Museum). Source: William Blake Archive.

Par ailleurs, une intervention au colloque “Hybridations texte et image”, à l’université de Tours, sur William Blake et son Mariage du Ciel et de l’Enfer. De quoi renouer, après beaucoup de recherches souvent érudites en histoire du livre, avec plusieurs de mes marottes: la période romantique, l’art visionnaire, la symbolique du livre, etc. Normalement l’article devrait être publié dans les actes du colloque, toujours l’année prochaine (enfin, on verra…), aux Presses universitaires François Rabelais, dans une collection dont j’aurai sans doute l’occasion de reparler à l’avenir.
Au passage, j’aimerais adresser mes remerciements aux éditeurs et à toute l’équipe du site internet The William Blake Archive, Morris Eaves, Robert Essick et Joseph Viscomi, pour le formidable travail qu’ils ont pu faire sur l’artiste, et gracieusement mettre à disposition. Ce site est une banque de données impressionnante, où l’on peut voir notamment tous les livres enluminés de Blake, les comparer dans leurs différentes versions, etc. Du travail à la fois précis et intelligent, qui m’a beaucoup facilité la tâche. Merci encore.

Et maintenant, en attendant la suite, en cette période de rentrée, reprise de mon métier de correcteur. Mais on n’abandonne ni la recherche, ni les lectures, ni peut-être le plus important: la contemplation.

Tour d’horizon des arts graphiques

Au cours de mes pérégrinations sur la toile afin d’alimenter en images mes derniers cours de cette année sur la bande dessinée et le graphisme, j’ai eu l’occasion de découvrir des tas de choses formidables:
Töpfferiana, un site tenu par Antoine Sausverd, et qui est consacré à la bande dessinée du 19e siècle. Les articles sont très intelligents, et ne se contentent pas d’aligner, comme le fait (trop souvent) La Boite à images de monsieur K., quelques repros avec des commentaires qui n’engagent que leur auteur: un véritable souci de recherche historique et méthodologique, et une véritable compréhension du médium sont les grands atouts des analyses d’Antoine Sausverd. On sent qu’il a dû passer par la case université…
A Journey round my skull, qui est un blog tenu par un passionné de graphisme et de beaux livres, et qui, plutôt axé 20e siècle, présente des œuvres aussi belles qu’inattendues.
David Apatoff tient le blog bien nommé Illustration Art, et a des analyses tout à fait intéressantes, des analyses de praticien puisqu’il est lui-même illustrateur. Du coup, il insiste souvent sur des détails que l’historien de l’art a tendance à survoler.
Enfin, last but least, le blog du Petit Paquis, qui à côté des trois premiers fait pâle figure, mais est tout de même assez intéressant. Trop souvent ses billets sont de simples agrégats d’images assortis d’un simple commentaire élogieux, mais on lui pardonne: tenir un blog est chronophage, l’auteur de ces lignes en est bien conscient, et il n’est pas toujours possible de réunir le temps (ni les moyens), comme arrive à le faire Antoine Sausverd par exemple, de donner l’équivalent de petits articles.

Arts graphiques

Une fois de temps en temps n’est pas coutume : un peu de publicité pour un blog passionant de bibliothécaires de la bibliothèque de l’université de Princeton, consacré aux arts graphiques et autres arts du livre et de l’estampe… je trouve les billets mieux rédigés que sur Bibliodyssey, et les images sont de première main.

Source: blogs.princeton.edu/graphicarts

Je suis tombé sur ce blog en faisant une recherche sur les illustrations de Julia Margaret Cameron pour les poèmes de Tennyson, et j’ai enfin pu voir des photos des clichés de la photographe en contexte, avec leurs marges bleutées et un exemple des poèmes calligraphiés par l’artiste sur pierre lithographique… Merci !

Dans le même registre bibliophilique, je signale pour ceux qui ne le connaissent pas déjà le blog de Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF. Ils viennent de faire un billet à propos du projet Mame auquel je participe.

Un été victorien

Après avoir parcouru le premier tome du Pacte avec le Serpent de Mario Praz, qui concerne le roman noir, Poe et les Préraphaélites (à ce propos, un superbe site de ressources iconographiques concernant ces derniers hébergé par le musée de Birmingham, merci à la Morris Society pour le lien), je me suis lancé dans une lecture de vacances. Le genre de gros pavé qu’on emporte sur la plage : Possession, d’Antonia Susan Byatt. Ce roman raconte l’histoire d’un jeune universitaire qui travaille sur un poète victorien du nom de Randolph Henry Ash, et qui lui découvre une correspondance, puis une liaison restée secrète avec une poétesse du nom de Christabel LaMotte, dont l’œuvre n’avait a priori, dans l’histoire littéraire, jamais été rapprochée de celle d’Ash. S’ensuit une longue enquête, au milieu de conflits idéologiques et politiques entre universitaires, pour savoir qui aura le premier accès aux informations concernant le lien entre les deux poètes.

Le livre s’apparente donc tout à fait à un livre pour universitaires, fourmillant d’allusions érudites à la littérature et la civilisation victorienne (les thèmes merveilleux comme celui de Mélusine ou de la ville d’Ys, la fascination pour l’histoire naturelle héritée des romantiques et de Darwin, les tables tournantes des cercles spirites…), et surtout dépeignant, avec souvent beaucoup d’humour, certains travers des chercheurs en littérature. On trouve en effet différents portraits d’universitaires assez drôles, comme celui du vieux professeur anglais, Blackadder, partisan de l’érudition philologique à l’ancienne, celui de Leonora Stern, ancienne hippie partisane de la critique lesbiano-féministe, ou encore Mortimer Cropper, un collectionneur prêt à tout pour obtenir un bouton de chemise de Randolph Henry Ash.

Mais plus qu’un roman universitaire qui traite de la manière dont les universitaires traitent la littérature, c’est aussi un roman sur la littérature elle-même, et la poésie en particulier, qui traite de la manière dont elle nous captive, et dont elle finit par s’emparer de nos vies. Le personnage principal, le jeune Roland Michell, apprendra surtout, dans cette enquête, à acquérir son propre langage, et à voir le monde autrement. C’est un roman d’apprentissage (et de libération) en même temps qu’un roman policier.

Un des aspects le plus fascinant de ce roman est la virtuosité avec laquelle Byatt s’empare des topos de la littérature victorienne, et jalonne son récit de poèmes, de contes, de journaux intimes et de correspondances amoureuses plus vraies que nature. Ash et LaMotte sont deux auteurs fictifs, mais leurs écrits semblent tout droit descendre, pour l’un de Wordsworth et de Tennyson, pour l’autre peut-être de Dickinson et de Violet Hunt. Byatt est une ancienne universitaire, et cela se ressent dans la manière dont elle a choisi tant son sujet que sa manière de l’aborder. La construction est très postmoderne, avec tout un jeu de montage de textes qui ménage des échos symboliques entre l’histoire de Roland Michell et celle des deux poètes victoriens. Le récit, du fait de ces multiples textes enchâssés « à la manière de », constitue un véritable exercice d’écriture, et si Byatt ne manifeste pas toujours, par cet exercice de pastiche permanent, de voix véritablement personnelle, force est de reconnaître l’intelligence profonde de ce roman, excellement construit, et qui donne à la fois le goût de la littérature et celui… de la vie. Je doute, en revanche, qu’il donne le goût de la recherche universitaire, autrement que sous la forme, bien idéale malheureusement, de la fascination qu’entraîne le jeu de l’enquête policière autour de l’histoire d’Ash et de LaMotte.

Folklore en ligne

Une nouvelle liste de diffusion sur les sciences du folklore est née sur H-net. On peut s’inscrire ici. La liste est internationale, visiblement de langue anglaise, et a pour but de faciliter la communication entre les chercheurs. Dieu sait que la recherche française est en retard et en manque de visibilité dans ce domaine. J’espère que cette liste sera utile à lui donner, peut-être, quelques impulsions.

Typographie

Dans mes recherches sur les Didot, j’ai trouvé un excellent site internet sur la typographie: Affaire Esperluette. Il y a plein d’explications sur les familles de caractères (humanes, réales, didones, linéales, etc.), ainsi que sur quelques polices très connues ou importantes historiquement (le Times, le Grandjean, le Garamond, le Caslon, le Baskerville, etc.) Vraiment très bien fait, ce site, je trouve. Je regrette juste qu’il n’y ait pas un peu plus d’exemples visuels: il y en a, mais pas sur toutes les pages.

Le monde de Dante

John Flaxman, Charon convoie les damnés au-dessus de l’Achéron, gravure sur cuivre, 1793. Source: worldofdante.org

Juste un petit mot pour signaler la récente mise en ligne d’un excellent site internet consacré à Dante et son œuvre, avec une galerie d’images très conséquente (les illustrations de Botticelli, Flaxman, Doré, entre autres…); une frise chronologique; quelques articles; des cartes de l’enfer (allez voir celle de Botticelli, elle est splendide quand on plonge dans les détails), du purgatoire et du paradis, mais aussi de la Toscane et de la Florence de l’époque; et enfin l’intégralité de la Divine Comédie, en italien et en anglais (le site est réalisé par une université américaine).
Ce site est beau, clair, et est une leçon à donner aux concepteurs de sites scientifiques: victorianweb, à côté, malgré toute la richesse de son contenu, est bien laid et bien compliqué d’utilisation.

Gustave Doré, Béatrice rendant visite à Virgile dans les limbes, 1890 (1861 pour la première édition). Source: worldofdante.org

Encyclopédies numériques et occultisme

C’est fou ce que c’est chronophage, wikipedia, quand on commence à s’y intéresser de près et à vouloir contribuer… J’ai déjà commencé un peu sur l’article « Walter Crane« , ça m’a pris une soirée. L’article « conte » est maladroit et bourré d’erreurs, il va falloir remédier à la chose, et là ça ne va pas prendre qu’une soirée.

L’article sur « René Guénon » est un cas d’école, qui m’a été indiqué par un ami, Vivien. La page est très courte, mais dès qu’on clique sur l’onglet « discussion », on se rend compte qu’une polémique a enflé depuis maintenant plus d’un an, je crois.

René Guénon est un occultiste français du début du XXe siècle (les guénoniens me détesteraient s’ils voyaient que je le qualifie d’occultiste, mais c’est malheureusement vrai), initié au soufisme, et qui toute sa vie a voulu prouver (ou plutôt il assène sa thèse avec toute l’autorité que son « initiation » lui confère) la profonde vérité de la tradition orientale, au regard de laquelle la modernité occidentale est propagatrice d’illusions et de mensonges.

Ce qui est génial avec ses admirateurs (et souvent avec René Guénon lui-même), c’est la manière dont ils ont de refuser toute interprétation un tant soit peu critique, sous prétexte que les non-initiés « ne peuvent pas comprendre », empêtrés qu’ils sont dans la rationalité techniciste qui caractérise la pensée occidentale. Ils refusent notamment toute critique faite par un universitaire, si celui-ci n’est pas guénonien. On sent des relents de Heidegger mal digérés dans cet éloge de la « pensée traditionnelle », qui font que je ne fais pas partie, justement, des admirateurs de Guénon. Autant j’adore les symboles et je pense qu’un ésotérisme peut être pratiqué de manière intelligente, autant je déteste ce genre d’élitisme qui allie la fatuité à l’absence de discernement.

Je constate que Thelemapedia ne possède pas d’article sur Guénon, et pour cause: cette encyclopédie en ligne consacrée à l’occultisme est tenue, comme son nom l’indique, par des admirateurs de l’oeuvre d’Aleister Crowley (je donne le lien vers l’article anglais parce qu’il est autrement plus complet).

Occultiste lui-même fasciné par l’Orient (il reçoit une révélation d’Horus, en Égypte, révélation qui prend la forme d’un Livre de la Loi), Crowley traîne derrière lui une réputation sulfureuse de sataniste licencieux, qui opérait des rituels de magie sexuelle et extatique. Exactement le genre de personnage que ne pouvait supporter Guénon, qui s’était après tout converti à l’islam, religion qui ne porte pas les « suppôts de Satan » dans son coeur. En même temps, derrière Guénon et Crowley, on retrouve un conflit, dixit un autre ami, Jérôme, entre occultisme français et anglo-saxon. Entre une manière très abstraite, assez conceptuelle de comprendre les symboles (Guénon), et au contraire une manière rituelle (Crowley), plus concrète.

Dans un tout autre genre, pour ceux que ça intéresse, je renvoie également à la formidable encyclopédie numérique alternative, conservapedia, qui comme son nom l’indique, voit les choses d’un point de vue conservateur, à l’américaine qui plus est.

Ses chevaux de bataille: la remise en cause de la théorie de l’évolution, l’éloge des états-unis (“The US is currently the world’s sole superpower; it has the world’s largest economy, and is recognized as having the world’s most powerful military.” Ils sont pas du tout effrayés par la Chine, eux…), la lutte contre l’avortement, etc.