Walter Crane et la naissance de l’album moderne

Je me permets de réagir à chaud à propos d’une vidéo diffusée avant-hier sur les réseaux sociaux, et réalisée par France Culture. Cette vidéo met en scène la critique et romancière Sophie Van Der Linden expliquant en quoi les artistes Arts and Crafts auraient inventé l’album pour enfants moderne, et le propos est tellement truffé d’erreurs et d’inexactitudes que je me vois obligé d’y répondre par le menu.

1/ Kate Greenaway ne fait pas partie à proprement parler du mouvement Arts and Crafts, il est donc incorrect de la présenter comme une des actrices du mouvement, comme semble le faire Sophie Van Der Linden.

2/ Les artistes Arts and Crafts n’ont pas inventé le concept de « toy book », c’est une expression qui existait à l’époque pour désigner une certaine catégorie de livres publiés notamment par la maison d’édition Routledge, dans laquelle Walter Crane a beaucoup travaillé jusqu’en 1875 environ. Et en aucun cas les toy books ont jamais été conçus comme des « musées pour enfants ». Sauf peut-être, rétrospectivement, par l’illustrateur, et encore c’est discutable: il s’agirait d’expliquer de quoi il retourne.

3/ « Les Baby’s Opera » ne sont pas une série de livres associant plusieurs illustrateurs, imprimeurs, etc., mais un seul et unique livre portant ce titre, illustré par Walter Crane et imprimé par Edmund Evans, publié en 1877.

4/ Je ne suis pas sûr que Walter Crane choisissait son papier, on n’en a à ma connaissance pas de trace historique. Son imprimeur Edmund Evans, oui, bien évidemment. En revanche, c’est vrai, Walter Crane a bien choisi son format pour The Baby’ Opera ainsi que pour plusieurs autres livres, mais cela n’a pas toujours été le cas, notamment pour les toy books qui au contraire étaient fortement contraignants d’un point de vue matériel : l’illustrateur ne choisissait rien du tout, ni le nombre d’images, ni le papier, ni le format, ni même vraiment la mise en pages. Et c’est à travers cette forme éditoriale très fortement contrainte que l’illustrateur a, en effet, inventé une manière d’illustrer véritablement « moderne ».

5/ Il est faux également de dire qu’à la fin du XIXe siècle les possibilités d’imprimer du texte et de l’image sont « encore balbutiantes ». On sait imprimer du texte et de l’image sur la même page depuis que le livre imprimé existe, c’est-à-dire depuis le XVe siècle. La nouveauté qui apparaît au XIXe siècle, c’est la possibilité accrue d’imprimer des images en couleurs, à travers deux techniques essentiellement: la chromolithographie qui interdit la coprésence du texte et de l’image, et la chromoxylographie qui l’autorise tout à fait. Walter Crane a fait des livres dans l’une et l’autre technique, ce qui fait qu’il a parfois en effet lettré son texte à la main, comme l’indique Sophie Van Der Linden, mais aussi très souvent ses images ont été accompagnées d’un texte typographié. Et manque de bol, pour les livres dont elle parle, à savoir les toy books et The Baby’s Opera, il s’agit du second cas, ce qui fait que son explication d’un artiste qui calligraphierait lui-même le texte comme solution pour que le texte et l’image soient imprimés ensemble est tout à fait à côté de la plaque.

6/ Walter Crane n’est pas du tout le « premier créateur d’albums de l’histoire », vu qu’on a des albums pour enfants imprimés au moins depuis les années 1830 et 1840, notamment le célèbre Struwwelpeter de Hoffmann, que Sophie Van Der Linden connaît tout à fait, voire d’autres encore auparavant. En revanche, il est tout à fait vrai qu’il va complètement renouveler la manière dont ils seront conçus, mis en pages, illustrés, etc.

Par ailleurs, une remarque générale : ce serait bien peut-être de donner d’autres exemples d’artistes Arts and Crafts ayant oeuvré dans le domaine du livre pour enfants, sinon on aurait aussi bien pu titrer la vidéo « Walter Crane, l’invention du livre jeunesse », et d’ailleurs plus exactement « l’invention de l’album jeunesse ». La réalité est que Walter Crane est le principal sinon le seul illustrateur Arts and Crafts ayant travaillé dans le domaine de l’album pour enfants, il y a beaucoup d’autres artistes qui ont travaillé dans ce domaine à cette époque, mais ils n’étaient pour la plupart pas liés historiquement au mouvement Arts and Crafts. On en trouve, bien sûr, comme John D. Batten par exemple, mais ils sont bien moins connus que Walter Crane, qui est une des grandes figures des Arts and Crafts comme de l’illustration de cette époque. Ce n’est donc pas tout un mouvement qui est derrière cette invention de l’album moderne, mais presque un seul artiste, Walter Crane. De cette imprécision Sophie Van Der Linden n’est sans doute pas responsable, et ce sont peut-être les journalistes de France Culture qui auront décidé d’angler les choses sur les Arts and Crafts et pas sur Walter Crane en particulier, je ne sais pourquoi. Il reste que cette vidéo de vulgarisation est du coup mal orchestrée, mal mise en perspective: présenter un mouvement ne peut se faire en ne présentant les oeuvres que d’un seul artiste. Et surtout, on l’a vu, la vidéo est construite sur une série d’erreurs qui ne remettent pas seulement en cause des détails d’érudition, mais la quasi-totalité du propos.

Dernière chose, on peut en effet renvoyer en fin de vidéo à Lire l’album de Sophie Van Der Linden, mais l’autrice ne parlant dans ce livre des toybooks de Walter Crane qu’en deux ou trois lignes maximum, ce n’est pas vraiment la référence à conseiller sur le sujet. Je me permets donc de renvoyer à deux de mes articles, dont l’un d’entre eux au moins duquel Sophie Van Der Linden semble s’être fortement inspirée pour son propos.

Dans cet article publié dans Strenae en 2012, ma thèse était de montrer que Walter Crane avait été dans les années 1860 l’inventeur, dans ses toy books, de l’album pour enfants moderne, invention à laquelle avaient également pris part d’autres illustrateurs comme Kate Greenaway ou Randolph Caldecott.

Dans un autre article publié dans le numéro 5 de la revue Recherches en histoire de l’art en 2006, non disponible en ligne, j’ai défini trois « familles » de livres illustrés par Walter Crane, où je fais notamment la distinction entre livres illustrés par chromoxylographie et par chromolithographie.

On pourra aussi lire éventuellement l’introduction à mon iconolivre sur le Barbe bleue de Walter Crane, qui fait le point sur les contraintes techniques liées aux toybooks, et sur la collaboration avec Edmund Evans.

Que les choses soient claires: je ne sais pas si Sophie Van Der Linden m’a lu, et je ne lui en veux pas du tout de ne pas me citer. Soit parce qu’elle ne connaît pas mes travaux, ce qu’on ne peut pas lui reprocher en soi, soit plus simplement parce que ce n’est pas dans ce genre de vidéos de vulgarisation qu’on cite ses sources, ce n’est pas le lieu, c’est évident, il n’y a aucun souci là-dessus.

En revanche, ce billet d’humeur a été écrit sous le coup de l’exaspération: il est désespérant d’avoir travaillé pendant des années sur l’oeuvre d’un illustrateur et de voir dites autant d’âneries sur le sujet. Que Sophie Van Der Linden ne connaisse pas le sujet ne me pose pas de problèmes, ce n’est évidemment pas son champ de spécialité. Mais dans ce cas, elle pourrait avoir la modestie de ne pas prendre la parole sur un sujet qu’elle ne maîtrise visiblement pas le moins du monde. Je ne suis par ailleurs pas le seul à connaître un peu l’oeuvre de Walter Crane, et interviewer Evanghelia Stead, Ségolène Le Men, Cécile Boulaire, Annie Renonciat voire Isabelle Nières-Chevrel eût été prendre moins de risques de la part des journalistes de France Culture. L’oeuvre de Walter Crane mérite mieux que ça.


Une réflexion sur « Walter Crane et la naissance de l’album moderne »

  1. Merci pour ton légitime “coup de colère”. Il faut savoir rester dans son champ de compétence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.