Couvertures anglaises d’Harry Potter (children’s edition) – 2

Le début ici.

url

Je confirme après l’avoir terminé, la couverture anglaise du troisième tome n’a rien à voir avec une arrivée nocturne à Hogwart sur dos de griffon, c’est une scène du dénouement de l’histoire qui est représentée. C’est le même artiste, cliff wright, qui avait fait la couverture du deuxième tome, après que Thomas Taylor ait réalisé celle du premier.

Visiblement, d’après Wikipedia, Thomas Taylor est un jeune artiste à peine sorti de l’université quand il s’attelle à cette illustration, et le succès du livre aidant, Bloomsbury aurait préféré employer le talent d’un autre illustrateur plus chevronné, Cliff Wright, pour les volumes suivants. Cliff Wright aurait décidé de ne plus travailler avec la maison d’édition après le troisième tome, celle-ci ayant égaré l’original de la couverture de Harry Potter and The Prisoner of Azkaban.

Quoi qu’il en soit, on comprendra que Bloomsbury ait cessé de travailler avec Thomas Taylor, vue la qualité de sa prestation. On comprend moins pourquoi la maison d’édition a même commencé à travailler avec lui. Je trouve personnellement que la couverture du deuxième volume, avec ses bleus hideux et ses visages rosâtres, est encore plus laide que la première, qui conservait encore un caractère un peu “naïf”, avec ses étoiles schématiques et son trait ferme.

En tout cas, on observe une similarité de composition entre les deuxième et troisième volumes: même insistance sur la diagonale bas-gauche/haut-droit, avec à chaque fois un objet volant sur ou dans lequel Harry et l’un de ses meilleurs amis prennent place. Une impression d’élévation, donc, qui n’aurait pas fonctionné si l’illustrateur avait utilisé l’autre diagonale, et qui concorde bien avec l’atmosphère de merveilleux et d’optimisme qui imprègne les romans de J. K. Rowling.

La couverture du troisième volume est je trouve un peu plus réussie que la précédente (il n’y a pas de mal me direz-vous), grâce au fort impact visuel que donne la pleine lune dans le fond de l’image. Le griffon reste néanmoins peu convaincant (présence d’oreilles pour un monstre à tête d’oiseau?), alors qu’Harry et Hermione (qu’on voit à peine, ceci dit), sont un peu mieux réussis que dans la couverture précédente.

La fin à cet endroit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.