Expositions Gustave Doré

Depuis le 18 février se sont ouvertes les portes de l’exposition Gustave Doré au musée d’Orsay. Disposée sur deux étages différents, cette exposition présente les travaux de l’artiste non seulement dans le domaine qui l’a fait connaître, l’illustration, mais aussi dans ceux de la peinture et de la sculpture. L’intérêt intellectuel majeur de cette exposition repose dans cette pluralité de moyens d’expression : le parcours montre bien, à la suite des travaux de Philippe Kaenel, comment Gustave Doré a voulu entrer dans le monde de l’art par la petite porte de la caricature et de l’illustration, mais a ensuite été gêné par sa renommée d’illustrateur quand il s’est lancé toutes voiles ouvertes dans le monde de la peinture, puis de la sculpture.

L’exposition a-t-elle des défauts? On comprend mal comment s’articule la partie du rez-de-chaussée avec celle qui prend place au 5e étage, une partie relativement thématique sur la fascination de Doré pour la bohème et les thèmes tragiques (celle du rez-de-chaussée) étant suivie par une partie plus chronologique (celle du 5e étage) où l’on suit Doré de ses débuts de caricaturiste à sa maturité de paysagiste, en passant par les grands moments de son œuvre d’illustrateur et de peintre. La raison en est que l’exposition devait initialement prendre place uniquement au rez-de-chaussée, et a in fine été déplacée pour partie au 5e étage.  Pour partie seulement, car certaines grandes pièces, notamment Le Christ quittant le prétoire, ne pouvaient pour des raisons techniques être exposées qu’au rez-de-chaussée. D’où un léger cafouillage de structuration du propos, qui passe quasiment inaperçu grâce aux efforts d’adaptation des commissaires de l’exposition, Philippe Kaenel, Édouard Papet et Paul Lang.

urlGustave Doré, illustration pour “Le petit chaperon rouge” de Charles Perrault, gravure sur bois. (Source Wikimedia.)

Un autre défaut peut-être, qui n’en est pas un, bien évidemment : on aurait aimé en voir plus encore. Mais l’œuvre de Doré étant absolument immense, on aurait pu remplir le musée d’Orsay avec, et il a fallu faire des choix, certainement douloureux, mais inévitables. Des documents extrêmement rares, heureusement, sont au rendez-vous pour faire oublier de grandes séries d’illustrations absentes de l’exposition comme Le Paradis perdu de John Milton ou bien (si mes souvenirs sont bons) le Roland furieux de l’Arioste. Parmi ces documents inestimables figurent les papiers peints que la firme Aubert a imprimés à partir de bois gravés dans ses publications satiriques ou bien, dans un genre différent, le tirage en héliogravures des Idylls of the King de Tennyson publié en Angleterre dans les années 1870. Et bien sûr, le titanesque Christ quittant le prétoire prêté par le musée des beaux-arts de Nantes.

L’immense qualité de cette exposition, on l’aura compris, est de montrer Gustave Doré sous un autre jour que celui de l’illustration, et de bien montrer les ponts qui se sont construits au fil des années entre son travail d’illustrateur et son travail de peintre. Le lien avec la sculpture est sans doute moins étroit, mais on remarque tout de même dans son œuvre sculptée la théâtralité et la fantaisie qui figurent parmi les marques de fabrique de son œuvre graphique. L’exposition ne se contente par ailleurs pas de donner à voir des œuvres rares ou oubliées au milieu de chefs-d’œuvre plus connus (L’Enfer de Dante publié chez Hachette, les Contes de Perrault publiés chez Hetzel, la Sainte Bible publiée chez Mame, etc.), mais fait preuve de pédagogie en expliquant pas à pas, sur l’exemple du Gargantua de Rabelais, les étapes de réalisation d’une gravure sur bois.

Tout cela pour dire, donc, que cette exposition vaut vraiment le déplacement, et que cette grande rétrospective dans un grand musée national est particulièrement réussie. Même Didier Ryckner, qui n’a pas la langue dans sa poche, a apprécié l’accrochage. C’est dire.

Paradise_Lost_12Gustave Doré, illustration pour Paradise Lost de John Milton, gravure sur bois. (Source: Wikimedia.)

Presque au même moment, le musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg consacre lui aussi une exposition à Gustave Doré, en le prenant par un bout plus spécifique: celui de la fortune de son œuvre graphique sur les illustrateurs, caricaturistes, satiristes, dessinateurs de bande dessinée et cinéastes qui l’ont suivi.

Y-a-t-il une date anniversaire à célébrer en 2014 pour que deux expositions sur le même artiste tombent en même temps ? Pas vraiment, mais toujours est-il que Doré, “le plus illustre des illustrateurs”, méritait bien ça. Même s’il faut relativiser, je pense, son influence sur le cinéma, qui est certaine mais dont tout le monde parle sans la montrer en détail et de manière rigoureuse, il reste en effet que Doré, ne serait-ce que parce que son œuvre est immense et a été, grâce au caractère reproductible de la gravure, diffusée largement en France comme dans le reste du monde, l’un des artistes les plus vus de son époque. Et de la nôtre : Doré participe vraiment de notre “culture visuelle”, et ses gravures sont reprises aussi bien sur les couvertures des livres qu’il a illustrés que pour orner albums de musique brutale, blogs ou sites internet de tous genres, y compris les plus équivoques. Paradoxe, peut-être, d’images en noir et blanc qui continuent à nourrir notre imaginaire pourtant baigné de couleurs.

Si vous voulez en savoir plus, la BNF a mis en ligne, en concertation avec le musée d’Orsay, une excellente exposition virtuelle, qui comprend albums d’images, vidéos, repères biographiques et bibliographie. Et deux splendides rééditions des premiers albums de bande dessinée de Gustave Doré aux éditions 2024, vraiment à découvrir pour ceux qui ne connaissent pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.