Débuts de la bande dessinée

J’ai lu récemment une excellente analyse d’un album de Gustave Doré (le célèbre illustrateur romantique), intitulé Dés-Agréments d’un voyage d’Agrément (1851), dans la revue électronique Textimage. C’est une amie, Susan Pickford (maintenant Maître de conférences à l’université de Paris-XIII), qui s’est chargée d’expliquer toutes les complexités narratologiques de cette proto-bande dessinée. Un peu théorique et jargonnant à mon goût, mais passionnant quand on s’intéresse aux rapports entre texte et image à l’époque romantique, ou de manière générale à l’histoire de la bande dessinée.

Le livre a été réédité récemment, avec une introduction d’Annie Renonciat, par une petite maison d’édition du Gers, Le Capucin, pour ceux que cela intéresse. Dans le même registre, son Histoire de la Sainte Russie est disponible à meilleur marché, et c’est tout aussi désopilant. Pour les parisiens, j’ai vu ce dernier ouvrage à pas cher, récemment, dans un Mona Lisait. Ci-dessous une image qui commente la manière ridicule dont le spectre de la désastreuse campagne militaire napoléonienne, en Russie en 1812, est agité devant des soldats français.


3 réflexions sur « Débuts de la bande dessinée »

  1. Ce qui est marrant, c’est qu’il y a plein d’auteurs assez récents qui estiment innover en pratiquant la mise en abyme en BD, et une prise de distance par rapport à leur medium. Alors qu’on voit, avec cette marque de chaussure, que ce procédé était contenu dès le début dans le principe même de la page découpée.

  2. Content de vous avoir fait découvrir quelque chose de Doré 🙂 C’est vrai que ses travaux de jeunesse ne sont pas ce que l’on connait le mieux de son travail. A tort, à mon avis.Merci pour la référence des contes drôlatiques. Si j’ai peiné pour trouver une seule image à ces “Dés-Agréments…”, je pense qu’il risque d’être assez difficile de les trouver en libre accès sur le net. Notamment parce que c’est justement une oeuvre peu connue de lui. Pas de trace sur Gallica, notamment. Mais ça vaut certainement la peine de chercher un peu plus.

  3. C’est fou combien Doré a été prolifique, je ne me souvenais pas de ces “Dés-Agréments d’un voyage d’Agrément” ; dont on peut tout de même voir la “planche” un peu plus grande (en cliquant sur la vignette), dans l’analyse de “textimage”.http://www.revue-textimage.com/02_varia/pickford_popup12.htmMerci pour cette découverte.Et puis, avant d’en faire l’acquisition “papier”, on ne sait jamais il est peut-être consultable quelque part dans le monde google.Ainsi, du même Doré, je cherchais depuis des années ses illustrations des “contes drolatiques” de Balzac, et je les ai récemment découvertes avec le texte (le tout en pdf) via :http://www.livrespourtous.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.