L’utopie selon la franc-maçonnerie

urlPremière édition de l’Utopie de More. Source: lewebpedagogique.com.

A France-Culture ce matin, dans l’émission pudiquement intitulée « Divers aspects de la pensée contemporaine », j’ai entendu un entretien avec un franc-maçon de la GLF qui m’a un peu agacé.

Il avait récemment fait une planche sur l’utopie, et il a opéré une comparaison entre le « non-lieu » et le « non-temps » du rituel franc-maçon avec le non-lieu et le non-temps de l’Utopie de More.

Ce qui montre que si ce monsieur a lu More, il l’a lu un peu rapidement: l’Utopie de More n’est pas un « non-lieu » inscrit de manière atemporelle dans l’histoire. Si c’est un espace fictif, il est néanmoins situé par More dans l’espace réel des mers orientales, et il a une origine gréco-perse, il a été fondé, il est susceptible d’une évolution, etc. Ce n’est pas un instantané intemporel, une pure vision de l’esprit, mais bien une nation fictive, avec son histoire et sa géographie propres, qu’a décrit More. Elle a beau être isolée du reste du monde géographiquement, More s’attarde très longuement sur sa politique extérieure, avec d’autres pays fictifs.

La comparaison avec l’espace et le temps sacrés du rituel me paraît très malvenue. C’est typique de beaucoup de franc-maçons (mais je les connais mal, alors qu’on me pardonne si j’en blesse quelques-uns en disant ça) de brasser les idées de manière approximative, et de citer des sources qu’ils ont mal comprises ou peut-être même pas lues du tout.


2 réflexions sur « L’utopie selon la franc-maçonnerie »

  1. @ Raymond: Si vous ignorez les raisons de More, c’est peut-être justement une des meilleures raisons possibles pour ne pas vous avancer en disant (je décode) que vous êtes certain que More ait voulu masquer la réalité, toute hypothétique, d’un « non-lieu » aussi flou conceptuellement qu’il est visiblement inexistant. En d’autres termes: votre argumentation me semble sinon fragile, du moins un tant soit peu trop mystérieuse pour mériter qu’on s’y attarde avec sérieux.

  2. Je ne suis pas certain que More, en créant le lieu imaginaire de « son » utopie n’a pas voulu masquer, pour des raisons que j’ignore, la réalité d’un « non lieu »… raymond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.