Les expos que je n’ai pas pu voir cet été

Mais que je conseille fortement d’aller voir si l’occasion vous en est donnée.

Au premier chef, Max Ernst à Orsay. Je regrette vraiment de n’avoir pu faire un saut à Paris cet été pour cette exposition consacrée aux superbes collages de cet artiste surréaliste, qui réutilise l’imagerie populaire du XIXe siècle dans des compositions tout à fait saugrenues et riches de sens. Je crois que j’en serai réduit à consulter l’excellent ouvrage de Werner Spies sur le sujet.


Ensuite, en Normandie, un ensemble d’expositions sur la Normandie pittoresque. La notion esthétique de pittoresque a été inventée au cours du XVIIIe siècle, et a connu ses plus belles applications à l’époque romantique, notamment avec le monument lithographique du baron Taylor, la série de livres illustrés Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France.
Trois expositions, à Rouen, au Havre, à Caen, sont consacrées respectivement à la Normandie romantique (celle qui m’intéresse personnellement le plus), à la Normandie monumentale (consacrée au livre illustré d’héliogravures d’A. G. Lemâle, La Normandie pittoresque et monumentale, à la fin du XIXe) et à la Normandie contemporaine (sélection de photos du XXe siècle), explorant à travers le fil directeur du pittoresque la représentation, en gravures et en photographies, de la Normandie durant deux siècles.

Enfin, à Londres… Waterhouse à la Royal Academy, ainsi qu’une exposition de design contemporain sur le thème des contes de fées et de la fantasy au V&A, que j’aurais aimé voir histoire de m’amuser si j’étais allé à Londres. Mais voilà, on n’a pas toujours le temps et les finances dont on aurait envie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.