Remanier Roald Dahl, une censure ?

Le débat a agité médias et réseaux sociaux récemment à propos de la récente décision des éditions Puffin Books d’éditer une version expurgée des oeuvres pour la jeunesse de Roald Dahl. Je me suis déjà exprimé sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) sur le sujet, mais il me semble plus simple de reprendre quelques points argumentatifs ici, de manière centralisée et synthétique, pour répondre à des points précis, notamment sur l’inévitable question de la moralisation des contes de fées, à propos de laquelle je me suis déjà exprimé dans ce carnet. Je remanie donc ici, en le corrigeant et le complétant, ce que j’ai déjà écrit ailleurs.

1/ Je ne verrais aucun inconvénient à ce genre de pratique éditoriale qui consiste à amender un texte pour éviter d’offenser tel ou tel public, si celle-ci était affichée en couverture et page de titre, par exemple en ajoutant la mention “version inclusive” ou “version adaptée pour tous”. Le problème est ici que, semble-t-il, le texte est vendu comme étant celui de Roald Dahl, ce qui contrevient à la dimension morale du droit d’auteur, qui est imprescriptible et comprend une composante de respect de l’intégrité de l’oeuvre. Il semblerait que dans les pays anglo-saxons ce droit soit moins respecté qu’en France, ce qui est certainement dû au fait que les USA et le Royaume-Uni fonctionnent sous le régime juridique du copyright, centré sur l’éditeur de contenus, alors que le droit français fonctionne sous celui du droit d’auteur, centré sur l’auteur. Ce qui pose un problème en soi : non à la liberté d’expression comme cela a souvent été dit, mais au respect du droit d’auteur. Puffin pourrait presque être attaqué en justice pour “publicité mensongère” pour vendre du Roald Dahl qui n’est pas du Roald Dahl, mais une version expurgée de Roald Dahl. Mais le droit britannique ne le permet visiblement pas, sans compter le fait que la demande d’expurgation émane des ayants droit de l’auteur… en tous les cas il s’agit d’un problème juridique à part entière. 

2/ Je suis moyennement convaincu par la théorie un peu facile de “l’idéologie du bien” qui expliquerait tout, et je pense que derrière cela il y a avant tout une stratégie commerciale qui vise à répondre à une demande, que celle-ci soit réelle ou seulement perçue comme telle (en effet je pense que Puffin se tire une balle dans le pied y compris du point de vue économique avec cette affaire, l’avenir le dira). S’il y a un appauvrissement des textes, ce serait à mon sens avant tout du fait d’un opportunisme commercial qui se parerait des habits de la vertu, plutôt que d’une adhésion pleine et entière à une “idéologie du bien”. Mais cela reste bien évidemment discutable (cela relève d’une axiologie matérialiste de ma part, qui postule de manière typiquement marxiste que l’idéologie n’est qu’une superstructure qui vient légitimer une infrastructure de production).

3/ Parler de “censure” à propos de cette affaire relève selon moi à la fois d’une erreur d’interprétation et d’une erreur de mise en perspective. D’une erreur d’interprétation : si on prend la définition du mot “censure” du CNRTL, on trouve : “Examen d’une doctrine, d’un écrit ou d’une activité par une autorité instituée à cet effet.” Or, il ne s’agit pas ici de censure préalable par une institution politique ou religieuse, mais vraisemblablement d’une commande passée par un éditeur auprès d’un organisme ad hoc, à savoir Inclusive Minds. On ne se trouve pas dans la situation d’une contrainte extérieure imposée à l’éditeur par une institution de censure, mais dans celui d’une commande de l’éditeur auprès d’un organisme “expert”, qui n’a en l’espèce aucune “autorité” institutionnelle autre que celle que veut bien lui prêter l’entreprise commanditaire. Par ailleurs, il s’agit d’une adaptation post-publication : il n’y a pas de censure qui ne soit préalable, et donc ici, dans la mesure où l’oeuvre de Roald Dahl a déjà été publiée, il ne faut pas parler de “censure” à proprement parler, mais de choix éditoriaux parfaitement intentionnels et planifiés par l’éditeur, Puffin Books, et la Roald Dahl Story Company, qui regroupe les ayants droit de l’auteur.


Ensuite, une erreur de mise en perspective : la littérature jeunesse a toujours été en butte à la censure et à la moralisation, ceci lui est presque consubstantiel (Matthieu Letourneux parle sur Twitter de “trait définitoire”) étant donné les enjeux éducatifs qui la parcourent, et qui font qu’elle a toujours été traversée d’une dimension normative. Même si on ne peut pas dire “de tout temps”, il s’agit d’une constante historique depuis que la littérature pour la jeunesse s’est constituée en tant que champ éditorial spécifique. En France par exemple, la censure n’existe pas, sauf pour les livres destinés à la jeunesse, au titre de la loi de 1949. Pour le dire autrement : dans le domaine de la littérature jeunesse il y a une tension entre contrôle éducatif et liberté créative qui n’existe pas dans le reste de la littérature. Ici il y a clairement un débordement du premier sur la seconde, et c’est tout à fait déplorable et contre-productif. Ce qui ne veut cependant pas dire selon moi que cela soit le symptôme d’une “cancel culture” plus générale (et dont l’existence même reste par ailleurs problématique), parce que ce qui se passe en littérature jeunesse, du fait de cet enjeu éducatif qui parfois prend le pas sur le reste, n’a rien à voir avec ce qui se passe en littérature “générale”. S’il est parfois perçu comme inepte de vouloir opposer littérairement littérature jeunesse et littérature générale, il est évident que, éditorialement, ce ne sont pas les mêmes champs culturels qui ne sont pas traversés par les mêmes enjeux moraux, ni les mêmes cibles marketing qui n’ont pas les mêmes enjeux commerciaux. Ils devraient donc être traités de manière différente. En somme, la littérature, n’en déplaise à certains, est aussi une industrie. On peut se battre contre ça, mais ne pas reconnaître cette réalité du monde du livre, et faire comme si, quand on caviarde Roald Dahl, on défigurait l’œuvre de Flaubert, c’est ne comprendre qu’une partie du problème.

4/ A la suite du tollé engendré par cette décision éditoriale, des journalistes ont demandé à Gallimard si la maison d’édition française, qui possède les droits de traduction en France, comptait modifier les textes de Roald Dahl dans le même sens. Hedwige Pasquet, qui dirige Gallimard jeunesse, a eu beau jeu de répondre non, vu qu’aucune demande du lectorat n’avait été faite en ce sens en France. Si la politique de Gallimard est en effet celle du respect de l’intégrité de l’œuvre (droit comme on l’a vu mieux respecté en France qu’au Royaume-Uni), on peut aussi supposer que l’éditeur n’allait certainement pas se lancer dans un travail qui risquait de lui coûter cher, alors même que la plus-value commerciale de telles versions expurgées était loin d’être évidente. Hedwige Pasquet, dans son communiqué aux journalistes, termine par une remarque problématique:

« À ce compte-là, pourquoi ne pas changer les contes de fées ? D’innombrables textes devraient être révisés… »

Or, s’il y a bien un genre de textes qui n’ont cessé d’être modifiés au cours de leur histoire éditoriale, c’est bien les contes de fées. D’une part parce qu’il existe souvent plusieurs versions d’un même conte, l’exemple le plus classique étant Le Petit Chaperon rouge qui connaît une version Perrault qui se termine par la mort de l’héroïne, alors que la version Grimm la voit sauvée, elle et sa grand-mère, par un chasseur. D’autre part, parce que ces récits sont réputés ne pas avoir d’auteur, et que partant leur auctorialité est bien plus fragile et problématique que pour bien des auteurs pour la jeunesse (Marcel Aymé, Lewis Carroll, Roald Dahl…) pour lesquels le problème ne se pose pas. Pour le dire autrement, il n’y a pas de “version d’origine” des contes de fées, ce qui autorise toutes les adaptations possibles, phénomène qui n’existe pas dans le reste du champ de la littérature jeunesse. L’exemple est donc mal choisi, qu’on le prenne pour défendre l’intégrité de l’oeuvre ou dans une moindre mesure pour arguer du fait que la littérature pour la jeunesse est  sujette à toutes les adaptations : les contes de fées sont “à part”, car même si Charles Perrault est bien un auteur dont l’auctorialité doit être respectée quand on présente un texte comme écrit par lui, rien n’interdit à quiconque de publier un récit publié sous le titre de La Belle au bois dormant ou La Barbe bleue et qui caviarderait considérablement le texte de Perrault (à supposer même que ce soit sa version qui serve de “source” !). Ce qui serait beaucoup plus problématique, juridiquement, avec des titres comme Sacrées Sorcières, Zozo la tornade ou Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, qui ne peuvent être détachés des noms de Roald Dahl, Astrid Lindgren ou Lewis Carroll. Je ne crois donc pas, comme le journaliste d’Actualitté Antoine Oury (en lien ci-dessus), que

les réécritures imposées aux textes de Roald Dahl, disparu en 1990, pourraient aussi marquer leur passage du statut de « livres jeunesse contemporains » à celui de « contes traditionnels ».

De fait, ce qui s’est passé in fine, c’est que Puffin Books a décidé de publier dès cette année les versions d’origine des romans de Roald Dahl à côté des versions expurgées, dans une collection créée ad hoc. Ce qui confirme bien que les récits de Roald Dahl ne vont pas se transformer en “contes traditionnels”, mais que Puffin Books, sous le feu de la polémique, a bien été obligé de se rendre compte qu’il était problématique de caviarder ainsi les textes d’un auteur, au mépris du respect de l’intégrité de son oeuvre, comme de l’intelligence des enfants qui pourront les lire. On se demande malgré tout si la version expurgée ne pourrait pas être signalée comme telle dans de futures réimpressions, afin que le lectorat ne puisse pas être induit en erreur.

Au final, beaucoup de bruit pour rien ? Oui, si on considère le nombre de bêtises qui ont pu être dites sur le sujet au cours de la polémique (censure, cancel culture, atteinte à la liberté d’expression, etc.). Non, si on considère que cette atteinte au droit d’auteur a pu faire l’objet d’un tel tollé (et d’un tel désaveu des éditeurs des oeuvres de Roald Dahl dans d’autres langues, comme le montre bien le dernier article d’Actualitté mis en lien ci-dessus…) que l’éditeur anglais est finalement revenu en arrière. L’essentiel étant que les textes de Roald Dahl restent accessibles en l’état pour le public anglophone.

 



Citer ce billet
François Fièvre (2023, 28 février). Remanier Roald Dahl, une censure ? IconoConte. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/psy4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.