Une aile de papillon est-elle une image? — A propos d’un livre de Peter Szendy

Au détour de pérégrinations parisiennes, je suis tombé sur un petit livre intrigant dans la librairie de la BNF. Il s’agit d’un essai du philosophe Peter Szendy, intitulé Pour une écologie des images, aux éditions de Minuit, paru en 2021. Ce livre fait visiblement suite à un autre essai chez le même éditeur, intitulé Le Supermarché du visible, et qui se voulait fonder une nouvelle “discipline”, ou tout du moins un nouveau champ de recherche, l’iconomie, soit une économie des images comprise comme une étude de leur circulation, de leurs échanges, leurs transformations, etc. dans un espace contemporain saturé d’images.

Je n’ai pas lu Le Supermarché du visible, mais j’ai lu Pour une écologie des images, et cet essai plus récent et plus court m’a posé pas mal de problèmes. Je passe sur les menus soucis éditoriaux : images sans légendes, crédits photographiques incomplets et erronés, qui laissent à penser que, pour le coup, l’économie éditoriale des images a totalement été négligée sinon par l’auteur, au moins par l’éditeur. Plus importants me semblent être les problèmes dégagés par les concepts utilisés par Peter Szendy dans le premier chapitre de son essai, intitulé “Vers une iconomie du non-humain”.

L’auteur, dans ce premier chapitre, tente d’élargir le règne de ce qu’on appelle “images”, en l’étendant aux images naturelles ou “achiropoïètes”, non faites par la main de l’homme. Pour cela, il prend ses premiers exemples dans les ombres — c’est cet exemple qui m’a intéressé et amené vers le livre — mises en scène dans le mythe de Butadès décrit par Pline l’Ancien, et dans la nouvelle de Peter Schlemihl écrite par Adalbert von Chamisso. Les ombres sont en effet des images naturelles, non produites par la main de l’homme, qui permettent d’élargir le champ iconique au-delà du champ des images anthropiques, et ce faisant d’éviter une compréhension anthropocentrique du fonctionnement et de la circulation des images.

La suite de la réflexion de Peter Szendy est délicate à résumer, mais il tente, en s’aidant notamment des écrits de Gilbert Simondon ou Roger Caillois, de comprendre en quoi pourrait consister la genèse des images naturelles. Ce faisant, il se concentre sur les images produites par les organismes vivants par le biais du mimétisme biologique, décrit dès le XIXe siècle par des biologistes comme Bates ou Müller, qui permet notamment à certaines espèces d’en mimer visuellement d’autres, ou de reproduire sur elles-mêmes des motifs (ocelles sur les ailes de papillons, serpents “à deux têtes”) destinés à désorienter d’éventuels prédateurs. Ou du camouflage, qui amène par exemple le phasme à se fondre dans son environnement pour se dissimuler du regard des prédateurs.

Or, cette assimilation à des images du mimétisme des ocelles présents sur les ailes de papillons ou de la tenue de camouflage de certains être vivants me pose problème. Je ne suis pas biologiste, mais de ce que je comprends du modèle évolutionniste, quand les biologistes utilisent le terme de “mimétisme”, ou parlent de “stratégie adaptative d’imitation” des animaux pour arriver à survivre et se reproduire dans leur environnement, il s’agit en grande partie sinon d’un abus de langage, du moins d’une manière de parler qui permette de se faire comprendre du grand public en simplifiant à l’extrême le développement des mécanismes d’évolution du vivant. A proprement parler, un papillon qui se retrouve avec, sur lui-même, un motif d’œil, n’imite rien. Ce motif est issu, très concrètement, d’une série de mutations génétiques ou d’échanges de gènes avec une autre espèce, qui n’ont rien à voir non seulement avec une volonté d’imitation, mais non plus avec un quelconque processus d’imitation, fût-il inconscient, latent ou embryonnaire. Le processus de sélection génétique est arbitraire et accidentel, et n’a rien à voir avec la considération d’un “modèle” quelconque (couleur d’une écorce d’arbre, motif d’œil, rayures, etc.). Or, je ne vois pas qu’il puisse être possible de parler d’images, même dans un sens élargi, sans qu’il soit question d’un modèle, et sinon d’une action, au moins d’un processus d’imitation. Je peux évidemment me tromper, et les recherches biologiques sont peut-être encore balbutiantes en ce domaine. Mais en tous les cas, je ne pense pas que la manière dont Roger Caillois pense le mimétisme comme résultant d’une “téléplastie” ou d’une “téléphotographie” puisse être considérée comme correcte et acceptable par un biologiste actuel. Et donc, il me semble que le mimétisme biologique ne produit pas d’images à proprement parler, mais uniquement des ressemblances.

Phalènes du bouleau, forme claire et forme noire.

 

Est-ce-à-dire qu’il n’y aurait pas d’images naturelles? Non, je pense avec Peter Szendy qu’il existe des images non faites de la main de l’homme, et l’exemple liminaire des ombres portées de Pline et Chamisso est paradigmatique. Dans l’ombre, on a bien un processus non artificiel d’imitation par projection, et un modèle qui est le corps duquel est issue cette projection. Inversement, dans le mimétisme de l’exemple classique des phalènes noirs de Manchester, qui ont fini par remplacer les phalènes clairs des bouleaux une fois que ces derniers aient été couverts de suie par la pollution consécutive à la révolution industrielle, la couleur devenue noire de l’écorce des arbres ne doit pas être comprise comme un modèle imité par les papillons, mais comme un environnement pris dans une évolution, et au sein duquel les phalènes noirs possèdent un avantage adaptatif que n’ont plus les phalènes clairs. Cela a été vérifié expérimentalement : il ne s’agit pas à proprement parler d’une stratégie même inconsciente qui émanerait des papillons, mais uniquement d’une survie optimale des papillons noirs dans un environnement évolutif.

Aussi, au lieu d’essayer d’étendre sa réflexion sur les images au champ du mimétisme du vivant, Peter Szendy ferait mieux, me semble-t-il, d’essayer de l’étendre aux images naturelles qui se distinguent clairement de leur modèle et sont issues d’un véritable processus d’imitation, que celui-ci se fasse par projection ou autre (réflexion, création, empreinte, imagination…). Il en existe d’autres que les ombres : les reflets, mais aussi les échos sonores, les mirages visuels, voire les empreintes, visuelles ou olfactives, laissées par les animaux sur leur chemin dans la neige ou la boue, et qui font la joie des pisteurs. C’est cette “piste du pistage”, que suit en tout cas un philosophe comme Baptiste Morizot pour refonder une écologie non anthropocentrée du vivant, et qui lui permet de considérer l’ensemble des signes à disposition dans le vivant sans exclusive anthropique.

Une “écologie des images” est donc possible, mais sans doute pas dans les termes que pose l’auteur dans cet essai. Il serait trop long de discuter ici de sa définition de l’image comme hétérochronie et différentiel de vitesses, fondée sur l’exemple problématique de l’histoire fictive et surtout fantastique de Peter Schlemihl, qui ne peut donc, à mon sens, constituer l’exemple paradigmatique d’une définition des images en général. Une écologie des images, si elle se veut non anthropocentrée, se devrait en tout cas d’éviter une lecture naïve du mimétisme biologique comme stratégie d’adaptation du vivant par imitation de formes en vue d’éloigner les prédateurs ou de se camoufler du regard de ces derniers. Ce n’est pas parce que les ocelles sur les ailes de papillons ressemblent à des yeux qu’elles imitent des yeux. La ressemblance nous semble tellement frappante que l’on voudrait que les papillons, d’une manière ou d’une autre, aient peint sur leurs ailes ces motifs. L’anthropocentrisme se situe non seulement dans le choix des choses que l’on porte sous nos yeux, mais aussi dans le regard que l’on porte sur elles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.