Le génie et le territoire

Laurent Gerbier, l’un des deux responsables de l’excellente collection “Iconotextes” des Presses universitaires François Rabelais, vient de m’offrir un très court essai de Thierry Groensteen, L’Excellence de chaque art, paru dans cette collection. L’auteur est l’un des principaux théoriciens français de la bande dessinée, connu comme ancien directeur du Musée de la bande dessinée d’Angoulême, et auteur de deux essais très importants sur la bande dessinée aux Presses universitaires de France.

Initialement le titre de cet essai, qui semblait ramener chaque art à son “excellence”, ne m’avait guère tenté, moi qui suis amateur de passages et d’hybridations entre les arts, et qui n’ai cessé de travailler dans l’interdisciplinarité entre littérature, histoire des arts, histoire et anthropologie. Mais Thierry Groensteen a écrit cet essai pour faire le point sur la question du parallèle des arts, chose que je n’avais pas tentée depuis mes années de doctorat où j’avais un peu travaillé sur Greenberg et sa réactualisation du Laocoon de Lessing.

En résumé (très synthétique) : Lessing, un écrivain et critique d’art allemand du 18e siècle, a rédigé un essai intitulé Laocoon ou Des frontières respectives de la poésie et de la peinture, où à l’occasion d’une analyse de la sculpture antique du même nom, il établissait une nette différence entre les arts du temps (littérature et musique) et les arts de l’espace (peinture, sculpture, architecture).  Dans les Etats-Unis du 20e siècle, Clement Greenberg, un critique d’art amateur d’art abstrait (et particulièrement important dans la reconnaissance institutionnelle de l’expressionnisme abstrait de Pollock, Newman ou Rothko), reprenait cette différenciation des arts à nouveaux frais, en la radicalisant dans un article intitulé “Towards a Newer Laocoon”. Dans cet article, Greenberg prônait la purification des arts, qui se devaient, dans une sorte d’assomption historique de l’art moderne, de chacun retourner à leurs fondamentaux matériels : la peinture à sa planéité, la sculpture à sa tridimensionnalité, etc., en se débarrassant du “sujet”, de la représentation.

A juste titre Thierry Groensteen dénonce, après bien d’autres, ce qu’il appelle “l’idéologie de la pureté” du critique d’art moderniste, qui interdit non seulement la figuration en peinture, mais aussi les hybridations entre les arts. Groensteen fait notamment le point sur la notion de récit de manière assez éclairante, très synthétique certes, mais utile, pour montrer ce que le récit apporte dans une œuvre, qu’elle soit littéraire, picturale, cinématographique, ou autre, et pour montrer également que la quête de pureté prônée par Greenberg aurait abouti, si elle avait été suivie d’effet, à un inéluctable appauvrissement de la création.

Mais l’une des distinctions conceptuelles qui m’a le plus interpellé dans ce court essai de Groensteen, c’est sa notion de “génie des arts”, qu’il veut réactualiser pour montrer l’importance que chaque art (peinture, bande dessinée, littérature, musique) doit apporter à ses potentialités propres, qui ne sauraient être réduites à une “essence” à laquelle on devrait la limiter, mais dont la puissance est sans cesse approfondie par les artistes, figuration ou non, modernisme ou non. Il oppose du coup dans un court passage la notion de génie à celle de territoire (p. 95):

L’œuvre engage un savoir sur le mode d’expression dont elle relève. Et nombre d’artistes sont poussés, de ce fait, non à purifier leur art, mais à revendiquer pour lui certaine compétence exclusive, une puissance propre qu’ils entendent démontrer et parfois pousser le plus loin possible. Ainsi Milan Kundera assigne-t-il au roman la mission de dire “ce que seul le roman peut dire”, tandis que Jean-Luc Godard pense que le réalisateur de films doit traquer “ce que seule la caméra peut permettre de voir”. Ces revendications, qui sont moins de territoire que d’excellence, illustrent […] la persistance d’une croyance : celle qu’il existe, en dépit de tout, un génie propre à chaque art.

Si cette opposition entre actualisation des potentialités et purification, entre approfondissement du génie de chaque art et délimitation draconienne de son territoire d’action possible, m’a interpellé, c’est qu’elle me paraît pouvoir être appliquée à autre chose qu’à la théorie des arts. Et notamment à la théorie politique. Les débats n’ont cessé de se focaliser en France ces dernières années, depuis notamment l’essor politique de Nicolas Sarkozy, sur la notion d’identité nationale. Et ils ont souvent tourné en rond, faute que les enjeux théoriques de la notion aient été déterminés de manière stricte ou pertinente. Dans ce contexte, une parution récente de Régis Debray porte sur la notion de “génie français” (encore plus récemment Abdennour Bidar parle de “génie de la France”, en semblant toutefois limiter celui-ci à la question de la laïcité…), notion qui semble au premier abord être tirée tout droit d’un catéchisme de la IIIe République. Pourtant, elle semble vouloir, à bon droit, éviter la notion d’“identité nationale”, jugée trop problématique car, probablement, trop revendicatrice et, justement, “identitaire”.

Aussi me semble-t-il que dans le cadre de cette réflexion politique, opposer comme le fait Groensteen la notion de génie à celle de territoire, c’est donner la possibilité à un Français d’être ou de se sentir français sans se lancer dans la course à l’échalote de la pureté identitaire. Être français, dans cette perspective du “génie de chaque nation”, ce serait avant tout explorer les potentialités de construction personnelle rendues disponibles historiquement, culturellement, socialement, par la nation. Ce qui ne veut pas dire rejeter la créolisation ni le cosmopolitisme, bien au contraire, car ceux-ci font partie intégrante du “génie français”, de son histoire comme de sa composition démographique ou de sa culture — comme du reste, on peut l’imaginer, du génie de la plupart des nations. En somme, prôner une conception de l’identité française comme “génie” plutôt que comme “territoire”, ce serait prôner une conception de l’identité nationale conçue comme une vie à construire par la citoyenneté plutôt que comme une forteresse à défendre contre des hybridations avec l’extérieur. Dans ce contexte, explorer une potentialité ne voudrait pas dire que l’on s’interdise d’aller “ailleurs”, mais qu’on tire le meilleur parti de là d’où l’on part.

Cela n’est peut-être qu’une analogie malvenue, et il est très délicat d’essayer d’appliquer dans un champ (la théorie politique) des concepts élaborés dans un autre (la théorie de l’art). Je doute dans ce contexte que Thierry Groensteen approuve une telle utilisation de ses concepts. J’ai moi-même par ailleurs un peu de mal avec ce mot de “génie”, qui ressemble un peu trop à une idée platonicienne pour être rigoureusement établi : je n’aime pas fonder mes réflexions sur des entités métaphysiques à l’existence improbable. Mais il m’a semblé malgré tout que si ces concepts de génie et de territoire pouvaient trouver une fécondité inattendue, c’est peut-être dans ce champ de réflexion gangrené actuellement par le zemmourisme qu’ils pourraient trouver une nouvelle utilité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.