Archives de catégorie : illustration

Conte, illustration et humanités numériques

Je viens d’être recruté à la MSH Val de Loire pour un an en qualité d’ingénieur de recherches en humanités numériques, et aussi je m’intéresse beaucoup en ce moment à tout ce que les outils numériques peuvent apporter à la recherche sur le conte ou l’illustration. Je travaille actuellement à une édition numérique de livres illustrés qui exploite au mieux le caractère multimédia et la souplesse de structuration formelle du support numérique, pour faire ce que le papier n’arrive que difficilement à faire, en l’espèce une édition critique d’album pour enfants qui comporte également un appareil critique pour l’image, à la manière d’une exposition virtuelle. J’espère avoir l’occasion d’en reparler ici.

Walter_Crane23

Walter Crane, illustration pour Little Red Riding Hood, xylographie. Source: Wikimedia.

Mais je vois également d’autres utilisations possibles du support numérique, par exemple, tel que cela a été développé par l’anthropologue Jamshid Tehrani (je remercie Catherine Velay-Vallantin pour m’avoir fait connaître cet article), une base de données permettant de cartographier la diffusion géographico-historique d’un conte-type donné (ou plus exactement ici de deux contes-types jugés proches), à travers le renseignement de toutes ses variantes. Cela pose des problèmes méthodologiques intéressants, notamment le fait d’accepter que le conte-type soit une catégorie pertinente, ce qui suppose d’accorder une réalité à “la tradition orale” et une certaine utilité aux travaux d’Aarne-Thompson, ce qui ne fait pas consensus, au moins en France, parmi les chercheurs sur le conte. (Et si l’on veut connaître mon avis sur la question, oui la catégorie de conte-type est utile, de même que la typologie d’Aarne-Thompson, du moment qu’elle ne soit pas mal utilisée, et donc que les contes-types ne soient pas réifiés et érigés en modèles esthétiques à l’aune desquels on viendrait juger de la perfection de ses variantes.)

J’apprends dans l’article mis en lien ci-dessus que les algorithmes utilisés pour sa démonstration sont issus de technologies développées par des biologistes pour des analyses phylogénétiques, et qui ont déjà par ailleurs été utilisées par des philologues pour analyser l’évolution des textes bibliques, ou celle de l’intertextualité des contes de Canterbury. Ce qui appelle deux remarques. La apremière est qu’il est frappant de voir que ce sont les mêmes modèles méthodologiques qui ont été utilisés en biologie et en folkloristique pour arriver à retracer l’évolution, d’un côté du vivant, de l’autre de la tradition orale. Ce qui amène à considérer que l’intuition des Grimm selon laquelle les contes sont des organismes vivants n’est peut-être pas si idéologique que ça, ou du moins qu’il y a dans cette intuition un fond de vérité qu’il est difficile de refouler comme la simple marque d’une esthétique romantique complètement dépassée. Certes, les contes de tradition orale ne sont sans doute pas vivants au même titre que peuvent l’être des algues, des fourmis, des oiseaux ou des fougères. Mais du moins il faut considérer sérieusement l’analogie entre art et vie, comme a pu le faire notamment le philosophe Alain Séguy-Duclot à travers plusieurs de ses ouvrages, notamment Définir l’art et Penser la vie. Les deux relèveraient d’une dissémination et d’une évolution par types, ce qui est abordé plus avant dans Culture et Civilisation, et qui rendrait d’autant plue pertinente la notion de “conte-type”. Mais cette question demanderait évidemment des développements plus importants.

Deuxième chose, les mêmes modèles méthodologiques ont été utilisés pour retracer l’histoire de textes, ce qui tend à montrer 1/ que les approches folkloristiques et philologiques ne sont a priori pas incompatibles, 2/ qu’il y aurait une voie, peut-être, à suivre, qui combine histoire philologique des contes et histoire anthropologique. Cette voie est à construire, je ne le ferai pas tout seul, d’autant plus que tout ça n’est pas ma spécialité (je reste un historien de l’art et du livre illustré), mais peut-être pourrait-on y voir une voie de réconciliation entre approches littéraire et anthropologique du conte. Tout en gardant toutefois bien en tête que la poétique du conte de tradition orale diffère en profondeur des logiques mises en œuvre par la culture lettrée pour en rendre compte, et que pister des contes ne se fait donc pas de la même manière que pister des textes, ou du moins que cela ne veut pas forcément dire la même chose : l’un est un genre littéraire, l’autre une manifestation écrite de ce genre.

(Plus de renseignements sur Jamshid Tehrani.)

Grimm et l’Angleterre : nouveau livre

Un bref billet simplement pour signaler la parution de mon nouveau livre, Le Conte et l’Image, publié aux Presses universitaires François Rabelais, dans la collection Iconotextes. Cet ouvrage est issu de mon travail de doctorat sur l’illustration anglaise des contes de Grimm au XIXe siècle.

Plus de renseignements (sommaire, prix, etc.) sur le site des PUFR. Et surtout ne l’achetez pas sur Amazon (même s’il s’y trouve): privilégiez votre librairie de quartier. Ou la Fnac si vraiment vous n’avez aucune librairie de proximité à proximité, mais pas Amazon.

Surplace dans un jardin : mea culpa sur un détail d’érudition historique

En janvier 2012, j’ai publié un article au sujet de l’interprétation par Arthur Rackham de Peter Pan in Kensington Gardens de J. M. Barrie, dans la revue en ligne Belphégor. J’y disais dans la note de bas de page n° 5 que « rien ne semble montrer que celui-ci [Barrie] ait vu les aquarelles de Rackham pour Rip Van Winkle, contrairement à ce que moi ou Céline-Albin Faivre (« Le péan de Pan », in James Matthew Barrie, Peter Pan dans les Jardins de Kensington, trad. Céline-Albin Faivre, Rennes, Terre de Brume, 2010, p. 10) avons pu noter sur le sujet, ni a fortiori que ce soit lui qui ait eu l’initiative de cette collaboration. »

The Fairies have their tiffs with the birds, illustration de Rackham pour Peter Pan in Kensington Gardens de Barrie, 1906. Source: doc. pers.

Mme Faivre, qui avait par ailleurs contribué à ce numéro de revue entièrement consacré à Peter Pan, m’avait alors écrit pour me reprendre en me disant qu’il y avait bien des traces historiques de la présence de J. M. Barrie à l’exposition de Rackham consacrée à ses illustrations pour Rip van Winkle au printemps 1905. Il s’en est suivi une petite polémique aussi vive que stérile, comme souvent entre gens qui ne se connaissent que par contact épistolaire – qui plus est numérique, moyen de communication dont la rapidité ne permet pas aux esprits échauffés de se refroidir par la lenteur qu’impose le papier.

Toujours est-il qu’après avoir récemment fait l’acquisition de la monographie de Derek Hudson sur Rackham, qui me faisait défaut et que j’hésitais encore à acheter à cause de son caractère onéreux (et qui est par ailleurs introuvable en bibliothèque excepté à la BNF ou à Sainte-Geneviève), j’ai enfin retrouvé l’élément dont j’avais moi-même pris connaissance il y a des années de cela, et qui m’avait dans un premier temps fait dire que Barrie avait été à l’origine du projet (dans un précédent article paru dans la revue de la BNF, « Arthur Rackham dans les jardins de Kensington », la Revue des livres pour enfants, n° 247, juin 2009, p. 105-114), et qui en effet, comme l’avait également relevé Mme Faivre, pouvait accréditer cette idée d’une origine barrienne du projet. Il s’agit comme Mme Faivre l’indique d’une lettre de l’écrivain Edward Verrall Lucas à Rackham, citée p. 58 de l’ouvrage de Derek Hudson, que je reproduis ici:

“2 Gordon Place, Campden Hill, W.
March 29, 1905

Dear M. Rackham,

I have at last been able to get to your exhibition; which I enjoyed immensely. Hiteherto one has had to go to the Continent for so much mingled grace & grotesque as you have given us. The drawings seem to me extraordinary successful & charming. The only thing I quarrel with is the prevalence of “sold” tickets – one on every picture that I liked best. Barrie tells me he has the same grievance. I am glad to hear that you think of treating Peter Pan in the same vein. Believe me yours sincerely.

E. V. Lucas ”

Mea culpa, donc. Je retire ce que j’ai dit, et reviens à ce que j’avais moi-même écrit auparavant en 2009. Et pourtant pas complètement… Après un aller (l’article de 2009), un retour (l’article de 2012), et un nouvel aller (le présent billet), j’ai un peu l’impression de faire du surplace, mais cela a au moins eu le mérite de me faire lire avec un peu plus d’attention cette missive de Lucas à Rackham. La lettre de Lucas corrobore tout à fait le fait que Barrie se soit rendu à l’expo de Rackham, cela est un point acquis, et mon mea culpa ici est entier: j’y reconnais mes torts entièrement. Mais l’origine barrienne du projet reste en revanche encore à démontrer: le fait que Barrie ait apprécié au printemps 1905 l’exposition des aquarelles pour Rip van Winkle, et que Lucas parle dans la même lettre d’une prochaine illustration de Peter Pan par Rackham ne font pas nécessairement de l’auteur de Peter Pan l’instigateur du projet. Derek Hudson dit même exactement l’inverse trois pages plus loin (p. 61-62) : « The initiative in commissionning these [Peter Pan] drawings came from Messrs Ernest Brown and Phillips of the Leicester Galleries, who arranged a meeting between Rackham and barrie for a preliminary discussion in June 1905. » Cette entrevue de juin 1905 prend pourtant place trois mois après la lettre de Lucas à Rackham mentionnant l’idée d’illustrer Peter Pan.

D’où vient donc alors cette idée? « I am glad to hear that you think of treating Peter Pan in the same vein » renvoie à une parole entendue par Lucas, peut-être prononcée par Barrie dont il vient de parler, mais peut-être aussi par ses éditeurs, Hodder & Stoughton, qui en voyant l’exposition de Rackham en auraient parlé à Barrie, le même Barrie visitant l’exposition à un moment où beaucoup d’œuvres sont déjà vendues, soit donc relativement tard après le début de la manifestation artistique. Ce dernier enchaînement des faits n’est toutefois bien sûr qu’une hypothèse, et il est difficile d’arriver à reconstituer exactement le cours des événements de ce printemps 1905 sans autres éléments à ajouter au dossier. On insistera néanmoins sur une chose, à savoir le fait que Lucas parle en mars 1905 du projet comme s’il émanait de l’artiste, non de l’écrivain : « I am glad to hear that you think of treating Peter Pan… » S’agirait-il d’une allusion à une réponse positive de l’artiste à une demande émanant de l’auteur ou de son éditeur? Rien ne l’indique dans les pièces que j’ai pour l’instant à ma disposition, mais je serais ravi d’en découvrir d’autres pour éclaircir les choses.

Source: doc. pers.

On me permettra en attendant de continuer à douter du fait que Barrie soit à l’origine du projet. Ce qui ne veut pas dire que je juge que cette origine barrienne soit fausse, ni vraie d’ailleurs, je la juge simplement douteuse. Plus probable qu’avant, certes, du fait avéré de la prise de connaissance par Barrie de l’art de Rackham dès mars 1905. Mais l’opération artistique étant dans la publication de Peter Pan in Kensington Gardens au moins aussi importante que l’opération littéraire, on nous permettra de continuer de pencher pour la théorie d’une idée émergeant dans la galerie Leicester plutôt que dans les locaux de Hodder & Stoughton. J’espère au final que l’on me pardonnera mon inconséquence de la note de bas de pages n° 5 en se rappelant que cette dernière n’était que marginale par rapport à mon propos, et que son contenu ne remettait pas en cause le fond de mon article.

 

Les contes de Grimm et leur réception

Je signale un beau cycle de conférences à Bordeaux sur le conte dans la littérature jeunesse, organisé par Christiane Connan-Pintado, et auquel j’ai participé en décembre dernier, on s’en doutera, à propos des contes de Grimm.

Le programme ici.

Walter Crane, pleine page pour Rapunzel, dans Household Stories, Macmillan, 1882. Source: doc. pers.

L’IUFM d’Aquitaine a eu la bonne idée de filmer ces conférences, qui sont donc retransmises au fur et à mesure sur Internet. On a ici la série de conférences filmées, celles des cycles de conférences des années précédentes et celles de l’année en cours, sur le thème du conte. Dont la mienne, qui dure deux heures, et est émaillée d’imprécisions, je m’en excuse : qui veut trop embrasser mal étreint.

Peter Pan, anatomie d’un mythe

Dans la série des centenaires internationaux, celui de la première publication du roman Peter and Wendy de Jales Matthew Barrie, en 1911, aura fait bien peu de bruit… Le manque est réparé depuis peu, avec un peu de retard, par la revue en ligne Belphégor, qui vient de publier dans son nouveau numéro un dossier sur Peter Pan. Votre blogueur préféré y tient un modeste article (encore et toujours) sur Arthur Rackham et son interprétation du texte de Barrie.

Illustration d’Arthur Rackham pour Peter Pan in Kensington Gardens, 1906. Source: doc. pers.

L’introduction de Franck Thibault, qui est d’une clarté exemplaire, vous parlera du dossier mieux que je ne saurais le faire. Tout au plus peut-on repréciser que celui-ci est consacré aux différentes réécritures et métamorphoses du personnage inventé par James Matthew Barrie, à la fois dans l’œuvre de son créateur et dans la postérité. Il manquera sans doute des choses dans ce dossier – et notamment une analyse poussée de l’interprétation du roman par Walt Disney -, mais il y a suffisamment de choses pour réjouir les amateurs de Barrie, comme du mythe qu’il a créé. Anatomies d’un personnage, d’un ensemble de textes et d’images, en somme d’un mythe qui a dépassé le strict état littéraire.

Alice et les fantômes

Deux expositions à aller voir ab-so-lu-ment. Et pour une fois c’est en province.

Alicebeggar
Alice Liddell, qui a inspiré Lewis Carroll pour la création de son célèbre roman.
Source: Wikimedia.

Tout d’abord “Images d’Alice, au pays des merveilles”, à la médiathèque de Rennes, qui est avant tout une exposition de livres illustrés qui explore la fortune iconographique de cette œuvre formidable qu’est Alice’s Adventures in Wonderland de Lewis Carroll. Je ne désespère pas de pouvoir m’y rendre: elle ne ferme qu’en mars de l’année prochaine. Et c’est un sujet tout à fait inédit d’exposition, le genre de choses qu’aurait pu faire Orsay si… j’allais dire “si les conservateurs de grands musées parisiens avaient de l’imagination”, mais c’est probablement à la fois faux et surtout gratuitement méchant: le fait est en tout cas que beaucoup d’expositions réellement originales (plutôt que d’énièmes rétrospectives sur Manet ou Mondrian) se font en province, et ne bénéficient pas pour autant de la même couverture médiatique. Ceci dit, moins de moi l’idée de vouloir attaquer les grandes expositions fondamentales sur les grands artistes ou les grands courants, mais simplement de souligner l’originalité d’une telle exposition, qui aurait de la peine à s’inscrire dans la ligne de grandes institutions parisiennes… et qui pourtant ramènerait énormément de monde, à Paris y compris je pense.

Goya, La Conjuration (Les Sorcières), 1797-1798, huile sur toile – 43 x 30 cm, Madrid, Fundación Lázaro Galdiano. Photo : Fundación Lázaro Galdiano

L’autre expo à aller voir cet automne, donc, est, à Strasbourg, “L’Europe des esprits, ou la fascination de l’occulte, 1750-1950”, qui poursuit la voie ouverte par l’expo “Traces du Sacré” à Pompidou en 2008, dans une veine moins centrée sur les beaux-arts, plus axée sur une histoire culturelle prise au sens large. Une histoire de la fascination qu’ont connu les arts et la littérature pour le monde des fantômes et des esprits nocturnes, de Fuseli à Brauner en passant par Novalis, Breton ou Conan Doyle, donc, mais aussi des tables tournantes, et également de toutes les pseudo-sciences qui ont pu graviter autour des rêveries occultistes. De quoi aiguiser l’appétit pour tous les amateurs d’ombre! Je ne pourrai pas me rendre à Strasbourg, mais si quelqu’un y va et se sent l’humeur (et le temps) de rédiger un petit compte-rendu critique, ce blog lui est ouvert (sous réserves, bien sûr, d’acceptation du contenu par son principal auteur/éditeur). Le risque de ce genre d’expositions étant de noyer le visiteur sous un flot d’objets divers sans lien entre eux, comme ç’avait par exemple été en partie le cas pour l’exposition “Mélancolie” dirigée par Jean Clair il y a quelques années, il est à attendre une hauteur de vue qui permette véritablement de faire le tour du sujet sur deux siècles autrement que de manière superficielle.
Autant dire, ici, un véritable défi, vu l’ampleur tant chronologique que thématique. Mais si celui-ci est relevé avec succès, autant dire qu’il s’agira ici d’une exposition très importante, et encore une fois très originale: si le rapport entre beaux-arts et occultisme a déjà été en partie traité entre autres, récemment, à l’occasion de “Traces du Sacré” déjà mentionné, une bonne histoire de l’occultisme et de ses rapports à la fois avec la science et les arts (c’est-à-dire en tant que phénomène culturel global) reste à faire. Tout le monde (les heureux élus se reconnaîtront) connaît le Sâr Péladan, mais peu connaissent Éliphas Lévi ou Stanislas de Guaita, et leur lien, s’il existe, avec la pensée, la science et les arts de leur époque reste à établir.
Mais il est impossible d’être exhaustif, et La Tribune de l’art estime que ce ne sont pas les manques qu’il faudrait souligner dans cette expo, mais au contraire, davantage, un fourre-tout parfois un peu obscur. On ne doute pas néanmoins que les initiés sauront s’y reconnaître. En attendant, le catalogue est très beau et semble très pointu… mais n’est pas un vrai catalogue dans la mesure où il ne répertorie ni n’explique les œuvres exposées, et donc ne dispense pas d’aller voir ces dernières. C’est jusqu’en février 2012.

État des lieux

Cela fait très longtemps que je ne suis pas venu alimenter ce blog, à tel point que j’ai pensé à un moment le désactiver: manque de temps et de motivation pour écrire. Je me donne néanmoins une petite chance pour essayer de recommencer à écrire régulièrement, mettons une fois par mois.

Quoi de neuf depuis plus de six mois (du moins dans ce qui peut intéresser Ombres vertes, rien de privé ici)?

L’exposition que je préparais sur le sujet de la maison Mame s’est très bien déroulée, on peut en voir quelques photos sur le blog du projet de recherches afférent. L’exposition a connu un très vif succès, non seulement de la part des amateurs d’art et du livre, mais aussi de toute une partie de la population, de Tours ou des environs, qui ont travaillé à la maison Mame, ou dont des membres de la famille ont travaillé chez Mame, etc. Seul défaut à mon sens: la durée de l’exposition, qui n’a pas été au-delà de 6 semaines, et n’a pas permis à tous ceux qui voulaient aller la voir de s’y rendre. Question de calendrier… mais le catalogue d’exposition (au sens strict un livret d’exposition dans la mesure où les œuvres exposées n’y sont pas répertoriées), édité par Silvana, est disponible en librairie. Demandez-le à votre libraire (plutôt que de l’acheter sur Amazon, mais il y est aussi disponible).
C’est mon premier livre publié. Au passage, donc, à nouveau un énorme remerciement à Michèle Prévost, Bérangère Rouchon-Borie, et surtout Cécile Boulaire pour leur aide et leurs relectures, aussi bien concernant le livre que l’expo. Le tout vient un peu tard ici, mais je suis très satisfait du résultat, et il est juste de mentionner que je ne suis pas le seul à y avoir contribué.
Le volume du colloque Mame, beaucoup plus érudit et important en taille que le livret d’exposition, est en route, et devrait être publié si tout se passe bien l’année prochaine aux Presses universitaires de Rennes. J’y dirige un chapitre et y ai un article.

William Blake, The Marriage of Heaven and Hell, page de titre, version C (Morgan Library and Museum). Source: William Blake Archive.

Par ailleurs, une intervention au colloque “Hybridations texte et image”, à l’université de Tours, sur William Blake et son Mariage du Ciel et de l’Enfer. De quoi renouer, après beaucoup de recherches souvent érudites en histoire du livre, avec plusieurs de mes marottes: la période romantique, l’art visionnaire, la symbolique du livre, etc. Normalement l’article devrait être publié dans les actes du colloque, toujours l’année prochaine (enfin, on verra…), aux Presses universitaires François Rabelais, dans une collection dont j’aurai sans doute l’occasion de reparler à l’avenir.
Au passage, j’aimerais adresser mes remerciements aux éditeurs et à toute l’équipe du site internet The William Blake Archive, Morris Eaves, Robert Essick et Joseph Viscomi, pour le formidable travail qu’ils ont pu faire sur l’artiste, et gracieusement mettre à disposition. Ce site est une banque de données impressionnante, où l’on peut voir notamment tous les livres enluminés de Blake, les comparer dans leurs différentes versions, etc. Du travail à la fois précis et intelligent, qui m’a beaucoup facilité la tâche. Merci encore.

Et maintenant, en attendant la suite, en cette période de rentrée, reprise de mon métier de correcteur. Mais on n’abandonne ni la recherche, ni les lectures, ni peut-être le plus important: la contemplation.

Naissance de l’album

Walter Crane, The Frog Prince (original en couleurs), Routledge, 1874. Doc. pers.

Avis aux amateurs : je donnerai vendredi une conférence organisée dans le cadre des Matinées du Patrimoine, cycle de conférence sur l’histoire du livre et de la littérature de jeunesse proposé par La BnF, Centre national de la littérature pour la jeunesse / La Joie par les livres:

* “Walter Crane, Kate Greenaway et Randolph Caldecott, ou la naissance de l’album moderne pour enfants”
Par François Fièvre, chercheur en histoire de l’art associé à l’université de Tours.

* PRÉSENTATION : Le travail de Walter Crane, Kate Greenaway et Randolph Caldecott représente, dans les années 1870 en Grande-Bretagne, un moment important de l’histoire du livre pour enfants : pour la première fois peut-être, l’espace de la double-page, et du livre dans son intégralité, est organisé selon une logique imposée par l’image et non plus par le texte, consacrant ainsi la naissance de l’album moderne pour enfants. La conférence se propose d’examiner en détail quelques-uns de ces albums anglais, souvent peu connus et en tout cas peu étudiés en France, ainsi que d’engager à une réflexion à la fois lexicale et historiographique sur les limites à poser entre album et livre illustré.

Kate Greenaway, illustration pour Under the Window, Routledge, 1878. Source: doc. pers.

* INFORMATIONS PRATIQUES : vendredi 15 octobre, 9h30-12h30, dans les locaux du Crédit muutuel, 88 rue Cardinet, 75017 Paris.

* LES MATINEES DU PATRIMOINE
Conférences sur l’histoire du livre et de la littérature de jeunesse:
des spécialistes, universitaires ou professionnels du livre, évoquent
l’évolution de l’édition jeunesse et des différents genres et thèmes de
la littérature enfantine, de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui.
Avec le soutien de la Fondation du Crédit Mutuel pour la Lecture
www.cmutuel.com/fondation .

Randolph Caldecott, The Diverting History of John Gilpin, Routledge, 1878. Source: Internet Archive.

GRATUIT sur inscription

* RENSEIGNEMENTS / INSCRIPTIONS
Marion Caliyannis
Bibliothèque nationale de France
Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres
Quai François Mauriac 75706 Paris Cedex 13
Tel : 01 53 79 57 06 / Fax 01 53 79 41 80
Courriel : prénom.nom@bnf.fr (et remplacer par marion.caliyannis)

Tour d’horizon des arts graphiques

Au cours de mes pérégrinations sur la toile afin d’alimenter en images mes derniers cours de cette année sur la bande dessinée et le graphisme, j’ai eu l’occasion de découvrir des tas de choses formidables:
Töpfferiana, un site tenu par Antoine Sausverd, et qui est consacré à la bande dessinée du 19e siècle. Les articles sont très intelligents, et ne se contentent pas d’aligner, comme le fait (trop souvent) La Boite à images de monsieur K., quelques repros avec des commentaires qui n’engagent que leur auteur: un véritable souci de recherche historique et méthodologique, et une véritable compréhension du médium sont les grands atouts des analyses d’Antoine Sausverd. On sent qu’il a dû passer par la case université…
A Journey round my skull, qui est un blog tenu par un passionné de graphisme et de beaux livres, et qui, plutôt axé 20e siècle, présente des œuvres aussi belles qu’inattendues.
David Apatoff tient le blog bien nommé Illustration Art, et a des analyses tout à fait intéressantes, des analyses de praticien puisqu’il est lui-même illustrateur. Du coup, il insiste souvent sur des détails que l’historien de l’art a tendance à survoler.
Enfin, last but least, le blog du Petit Paquis, qui à côté des trois premiers fait pâle figure, mais est tout de même assez intéressant. Trop souvent ses billets sont de simples agrégats d’images assortis d’un simple commentaire élogieux, mais on lui pardonne: tenir un blog est chronophage, l’auteur de ces lignes en est bien conscient, et il n’est pas toujours possible de réunir le temps (ni les moyens), comme arrive à le faire Antoine Sausverd par exemple, de donner l’équivalent de petits articles.

Petit cours sur Daumier

Aujourd’hui, c’était cours sur la lithographie. La dernière partie de mon cours portait sur Daumier, et je voulais aborder deux images en particulier: Gargantua et La Rue Transnonain. Deux images classiques, très connues, et caractéristiques de la caricature politique à l’époque de la monarchie de Juillet. Mais, je ne l’ai pas fait exprès, les rapprochements avec la situation actuelle se sont faits d’eux-mêmes.

Source: doc. pers.

Dans la première estampe, Gargantua, Daumier représente Louis-Philippe en ogre qui dévore les écus arrachés au peuple miséreux, et qui sont ensuite transformés en médailles et décorations pour les proches du pouvoir qui se disputent, sous la chaise percée de Louis-Philippe, les déjections du monarque. Daumier fut condamné pour cette estampe: 6 mois de prison pour incitation à la haine envers le monarque. Le rapprochement avec aujourd’hui où l’incitation à la haine contre le monarque est une constante épée de Damoclès au-dessus de la liberté de la presse s’est fait tout naturellement.

Source: doc. pers.

Ensuite, La Rue Transnonain, qui représente avec sobriété les conséquences d’une bavure policière qui eut lieu le 14 avril 1834 au cours d’une émeute populaire déclenchée par la loi liberticide contre l’association. Enfin, je n’ai pu m’empêcher de rappeler que c’est sous Louis-Philippe qu’a été réalisé le premier musée d’histoire de France célébrant la gloire nationale, à Versailles, et donc de souligner un autre point de convergence

Oui, Daumier est d’actualité, et il n’est pas inutile de parler de vieilleries du XIXe siècle. Mais non, le Louis-Philippe d’aujourd’hui n’est pas une poire.

Karl Girardet chez Mame

Même si je ne fais plus partie officiellement, depuis mars, du projet Mame, je reste en contact avec l’équipe de jeunes chercheurs qui travaille sur l’histoire de cette maison d’édition tourangelle. Pendant 6 mois, de septembre à février dernier, j’ai travaillé sur l’illustration dans les livres édités par Mame. L’un des axes de cette recherche s’est concrétisé dans une communication au cours d’une journée d’étude le 13 janvier dernier. Ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux illustrateurs du XIXe siècle pourront ainsi écouter sur le site de l’université de Tours ma conférence sur Karl Girardet, illustrateur chez Mame. Les autres conférences de cette journée sont également en ligne. Je présente dès maintenant mes excuses pour mon débit un peu rapide, mais j’ai parlé à la fin d’une journée bien chargée, et il me fallait donc accélérer pour que la dite journée ne se termine pas trop tard…

Genres de la littérature orale – programme

La journée d’études dont je parlais il y a six mois se concrétise: elle aura lieu le 16 juin dans la Maison de la Recherche de la Sorbonne, et comporte un programme ambitieux, avec 11 communications en l’espace d’une journée.

Parmi les personnalités qui sortent (un peu) du cadre strictement universitaire, on pourra faire remarquer les interventions de Lise Gruel-Apert, traductrice des contes d’Afanassiev aux éditions Maisonneuve & Larose, Natacha Fertin, traductrice des frères Grimm chez Corti, Fabienne Raphoz des mêmes éditions Corti, et enfin Bernhard Lauer, directeur du musée Grimm. On parlera de conte, bien sûr, mais aussi de mythe, de légende urbaine ou de légende tout court (Sage), et même de dessins animés! Nul doute que la journée soit passionnante: en tout cas, elle promet de l’être.

Ch. Guilbert, Affiche de librairie (lithographie) pour les Contes populaires de l’Allemagne de Musaeus, 1845. Source: BNF

9h-12h
INTRODUCTION : Natacha Rimasson-Fertin et Frédéric Garnier

MYTHES ET LÉGENDES
MANUELA LUCIANAZ (Université de la Vallée d’Aoste) : « Modèles d’analyse de mythes, contes, légendes : le cas difficile de la littérature orale »
EMILIE LASSON (Université Paris IV-Sorbonne) : « La légende de Gerbert d’Aurillac selon Ulrich de Pottenstein »
DISCUSSION

LE CONTE
LISE GRUEL-APERT (traductrice des Contes d’Afanassiev) : « Vladimir Propp et les structures des contes »
NATACHA RIMASSON-FERTIN (Université Rennes 2) : « Entre satire et volonté didactique : paradis et enfer dans les contes facétieux et religieux chez les frères Grimm et Afanassiev »
BERNHARD LAUER (Directeur du Brüder Grimm-Museum Kassel) : « Die Gattung Grimm als kleine Form »
FRÉDÉRIC GARNIER (CIRCE – Université Paris IV) : « L’histoire d’un soldat juif ou la fonction des contes chez Y. L. Cahan »
DISCUSSION

DÉJEUNER

14h-17h
DES PERSONNAGES ENTRE DEUX GENRES
FABIENNE RAPHOZ-FILLAUDEAU (Editions José Corti) : « Oiseaux des contes ou contes d’oiseaux? Un animal singulier dans une classification internationale »
SÉVERINE YANEZ (Université Paris IV-Sorbonne) : « Les sorcières dans les contes et les légendes de Theodor Vernaleken »
DISCUSSION

LE DEVENIR DU CONTE AU XXE SIÈCLE : QUELQUES EXEMPLES
XAVIER ESCUDERO (Université d’Arras) : « (Re)penser le conte en fonction de la presse dans l’Espagne de la fin du XIXème au début du XXème siècle : redéfinition d’un genre »
AURORE VAN DE WINKEL (Université catholique de Louvain) : « Les légendes urbaines : entre transgénéricité et pluri-efficacité »
CLAIRE ASLANGUL (Université Paris IV-Sorbonne) : « Les dessins animés allemands des années 1930, entre reprise, modernisation et instrumentalisation des formes traditionnelles de la littérature populaire »
DISCUSSION

CONCLUSION : Natacha Rimasson-Fertin et Frédéric Garnier

Le livre des livres pour enfants

Sympathique entretien avec François Rivière sur le site de l’Express, où ce prolifique auteur jeunesse rappelle quelques grandes dates de l’histoire de la littérature jeunesse. En même temps que la BNF fait une exposition sur le sujet (sans grosse prise de risque, visiblement, dans la perspective adoptée, je me demande même si j’y irais), François Rivière publie un livre intitulé Le livre des livres pour enfants, édité aux éditions du Chêne.

Je ne sais pas ce que le livre vaut, il semble qu’il soit essentiellement constitué d’images, comme souvent aux éditions du Chêne (qui sont par ailleurs dotés d’un site internet mal foutu, dans lequel il est quasi impossible de naviguer). Mais après tout, même le Matricule des anges de ce mois-ci en parle, il ne doit donc pas être dénué d’intérêt.

Ce que j’apprécie en tout cas chez François Rivière, c’est que, à lire son entretien, il a l’air de savoir de quoi il parle. Il n’est pas historien de la littérature, mais il arrive quand même à parler de Mame à propos de la littérature pour enfants du XIXe siècle, ce qui montre bien qu’il ne se contente pas de prendre en compte les grands chefs-d’œuvre du genre, mais connait aussi le tout-venant de l’époque, ce gros de la production pour jeunesse du XIXe siècle qui n’est pas resté dans les annales, et n’est plus guère réimprimé de nos jours. Esprit curieux, on lui doit notamment une biographie de James Matthew Barrie, l’auteur de Peter Pan.

J’apprécie également son point de vue sur l’édition jeunesse actuelle, et sur ses «nouveautés hypersophistiquées» et en cela-mêmes «atterrantes». Certains albums dits «jeunesse» sont en réalité des joujous pour graphistes, et me semblent bien éloignés de ce qu’un enfant est susceptible d’attendre de la littérature pour enfants. Autrement dit, à force de jouer avec les formes et les couleurs pour soi-disant développer la sensibilité des enfants, j’ai bien peur que parfois l’on produise des objets pour le moins hermétiques. Fascinants, certes, mais assez incompréhensibles, et souvent très fragiles, comme ce livre pop-up de David Pelham, certainement poétique, mais qui ravit davantage, je pense, les parents que les enfants.

Dulac à Toulouse

Profitant d’un passage à Toulouse pour une journée d’étude sur le livre illustré, organisée par le département de littérature comparée de l’université du Mirail, je me suis attardé à la médiathèque José Cabanis pour aller voir une exposition sur Edmund Dulac, très célèbre illustrateur franco-anglais de la première moitié du XXe siècle. Compte-rendu de cette exposition, en partie justifiée par la richesse des collections de la médiathèque, et par le fait qu’Edmond Dulac (qui se fera plus tard naturaliser anglais, et signera Edmund) est né à Toulouse.

Illustration pour «La Princesse au petit pois» des Contes d’Andersen. Source: doc. pers.

D’abord, un cartel très limité, pour ne pas dire quasi-inexistant, rend difficile la compréhension du contexte d’émergence de ces images. Et dieu sait, pourtant, que le contexte est important dans le cadre du livre illustré: on n’illustre pas tel type d’ouvrages de la même manière que tel autre, etc. Mais là, visiblement, on est prié de se reporter au catalogue. Bon. Belle muséographie cependant, qui met vraiment très bien en valeur les ouvrages, comme les planches indépendantes. Mais assez confuse néanmoins, ceci étant dû encore une fois à la faible présence d’explications directes des œuvres exposées. Certaines œuvres ne nous sont même pas présentées: certaines vitrines contiennent jusqu’à 5 ouvrages, dont un seul est décrit par le cartel. Il est dès lors impossible de faire une différence entre les exemplaires, ou même d’imaginer une chronologie de publication. Ce qui entraîne de manière générale un flou historique complet, conséquence d’une muséographie qui insiste plus sur la mise en scène des ouvrages que sur l’explication de leur contexte de création. A de rares exceptions près, bien évidemment: quand les images ou les objets exposés posent vraiment question (les timbres postaux, les instruments de musique, les revues litéraires que Dulac ornait de lettrines à l’époque où il apprenait les Beaux-Arts à Toulouse), on a droit à une petite explication. Mais tout cela est vraiment très limité, et on doit donc se reporter au livre-catalogue qui a été édité pour l’occasion pour en apprendre plus. Soit, allons donc le voir de plus près.

En le feuilletant, je me rends d’abord compte qu’il ne s’agit pas vraiment d’un catalogue d’exposition, puisque les œuvres exposées ne sont pas toutes répertoriées, et que par ailleurs on trouve des reproductions d’œuvres non exposées. Il s’agit donc plutôt d’un essai plus ou moins indépendant du conservateur en charge de l’exposition, Pierre Nouilhan. Je m’attendais également à voir le nom de Sophie Galinier, la lectrice de ce blog qui a attiré mon attention sur cette exposition à l’organisation de laquelle elle a participé, mais visiblement c’est Pierre Nouilhan qui est responsable du livre, et Pierre Nouilhan et Sophie Galinier qui sont responsables de l’exposition. Soit.
Le livre est par ailleurs assez peu épais (120 pages avec beaucoup d’images), et assez cher (30 euros) pour la quantité de texte qu’on peut y trouver. D’autant plus que ce texte est parfois (souvent?) émaillé d’erreurs et d’approximations.
Un exemple d’erreur p. 19: «William Morris, par exemple, fabriquait ses ouvrages en petit nombre, créant lui-même ses caractères et ses encres»; non, Morris ne fabriquait pas lui-même ses encres, il passait beaucoup de temps à les choisir et les faisait venir spécialement d’Allemagne, certes, mais il ne les créait pas. Il faisait déjà suffisamment de choses au sein de la Kelmscott Press (la typo, la mise en page, les ornements, le texte), n’en rajoutons pas trop.
Un exemple d’approximation p. 39: «[Arthur Rackham] était un grand dessinateur, influencé par l’Art nouveau»; peut-être va-t-on trouver que je chipote, mais non, Arthur Rackham n’est pas influencé par l’Art nouveau. Il peut à la rigueur être considéré comme un artiste Art nouveau, étant tout à fait contemporain de l’émergence de ce mouvement d’arts décoratifs, mais en aucun cas il n’est «influencé» par lui. Ses références sont Beardsley, Housman, Crane, etc., mais certainement pas Guimard, Horta, ou même Mucha. Et puis parler d’Art nouveau en Grande-Bretagne est à peu près aussi problématique que de parler de symbolisme anglais: les îles britanniques ont leurs propres écoles et mouvements d’arts décoratifs au tournant du siècle (les Arts & Crafts, l’école de Glasgow…), et n’ont donc pas véritablement besoin de s’inspirer des volutes végétales des décorateurs Art nouveau. Ceci engagerait un vaste débat que je ne veux pas lancer, mais dire que Rackham est influencé par l’Art nouveau est sinon faux, du moins très rapide et approximatif.
Seulement deux exemples, mais qui montrent bien que cet essai de Pierre Nouilhan est de seconde main, et qu’il aborde visiblement le sujet de manière pour ainsi dire nouvelle. Non que ce qu’il dise est globalement faux, mais c’est juste une synthèse qui d’une part n’apporte visiblement pas grand-chose de neuf (ce qui en soi n’est pas grave, puisque son travail permet après tout de synthétiser la bibliographie anglo-saxonne pour un public francophone), et d’autre part semble par endroits fort imprécise. Ce n’est pas grave, mais c’est dommage. Parce que c’est le premier livre de conséquence à être publié en langue française sur Dulac, et qu’il est dès lors dommage qu’il soit par moments… inconséquent.

Le rêve de l’entomologiste. Source: doc. pers.

Néanmoins, je ne voudrais pas, par ces quelques critiques sans doute un peu pointilleuses, éloigner le lecteur de cette exposition. Bien que le cadre scientifique de cette exposition soit à mon sens insuffisant (mais après tout, nous ne sommes pas non plus dans un musée national…), il reste que l’on est ébloui par les images de Dulac, très rarement visibles en aussi grand nombre sur le territoire français, à part, je suppose, dans les biblliothèques de quelques collectionneurs privés… Après tout, le but d’une exposition n’est pas seulement d’apprendre, c’est aussi (surtout?) de passer un bon moment, et de donner accès aux œuvres. Cette exposition est l’occasion de voir de très belles choses, pour certaines assez étonnantes, comme les photos des costumes de Dulac pour la création de la pièce At the Hawk’s Well de William Butler Yeats, fin 1815. Ou encore les séries d’illustrations de l’artiste commandées par l’éditeur Henri Piazza pour orner les numéros de Noël de l’Illustration,de 1910 à 1913, sur des thématiques aussi variées que les poèmes de Verlaine, les princesses orientales, la poésie vénitienne de Musset, ou les comptines françaises.

Allez donc vous réjouir les yeux, l’exposition dure jusqu’au 25 janvier. Mais si vous lisez l’anglais, vous pouvez ne pas dépenser les 30 euros du livre… qui est parfois en plus mal écrit, et là c’est le correcteur qui parle. «Le travail, bien que maigre, ne fut pas totalement interrompu» (p. 101): je ne savais pas qu’un travail pouvait être «maigre», ou gras, aussi, peut-être? Enfin bon, cessons de nous plaindre, c’est déjà tellement bien qu’on ait droit à une exposition, en France, sur un illustrateur anglais. L’honneur est sauf, néanmoins: il est d’origine française!