Typographie

Dans mes recherches sur les Didot, j’ai trouvé un excellent site internet sur la typographie: Affaire Esperluette. Il y a plein d’explications sur les familles de caractères (humanes, réales, didones, linéales, etc.), ainsi que sur quelques polices très connues ou importantes historiquement (le Times, le Grandjean, le Garamond, le Caslon, le Baskerville, etc.) Vraiment très bien fait, ce site, je trouve. Je regrette juste qu’il n’y ait pas un peu plus d’exemples visuels: il y en a, mais pas sur toutes les pages.

Calligraphies de William Morris

William Morris, King Hafbur and King Siward, encre et aquarelle sur papier, c. 1873. Source: doc. pers.

Dans la lignée du précédent billet, et pour répondre à certaines des remarques qui lui ont été faites, un autre visage de William Morris, celui du calligraphe… où l’on remarque encore une fois la proximité du travail de notre artiste victorien avec les enlumineurs et calligraphes médiévaux. Ci-dessous, une photographie du manuscrit de Saint Gail, fournie par la bibliothèque virtuelle CESG via M. Patouche, où l’on retrouve le système des encres bicolores, avec incipit en rouge et corps du texte en noir. Comme l’a fait remarquer M. Patouche par mp, on dirait presque un livre imprimé, et pourtant ça date du IXe siècle: grandes marges vides, « justification » du texte, cadrage de l’image qui donne l’impression d’une planche gravée, position de la lettrine…

Manuscrit de Saint Gail, fin du IXe siècle. Source: doc. pers.

Ce sont donc ces modèles de manuscrits qui ont inspiré notre manière de concevoir le livre imprimé, et cela depuis le XVe siècle (Voir La Naissance du livre moderne, Henri-Jean Martin, éditions Cercle de la Librairie; on peut aussi aller voir la page incunable de Wikipedia).

Comme je disais, donc, William Morris s’est non seulement intéressé aux incunables, mais aussi à la calligraphie médiévale. Aussi il est difficile de déterminer ses modèles artistiques, que ce soit en tant qu’imprimeur ou en tant que calligraphe. Il serait trop simple (mais évidemment pas complètement faux) de dire qu’il s’inspire des manuscrits médiévaux pour ses travaux de calligraphie, et des incunables pour ses travaux d’imprimeur. Mais comme les incunables s’inspirent eux-mêmes des manuscrits, ça brouille un peu la chaîne déterministe des inspirations, et il paraît probable que Morris s’inspire des manuscrits médiévaux comme des incunables, à la fois pour ses travaux d’imprimeur et de calligraphe.

William Morris, Rubaiyat d’Omar Khayyam, encre, aquarelle et dorures sur vellum, 1872. Source: doc. pers.

Si le principe de la dorure à l’intérieur de la page, dans l’exemple ci-dessus, semble directement inspiré des manuscrits médiévaux, on remarquera néanmoins la (relative) séparation du texte et de l’image, qui ne s’entremêlent pas, et qui semble découler de l’organisation des incunables, où la planche xylographique et la typographie sont séparées spatialement, plutôt que des manuscrits. Cependant, l’exemple du manuscrit de Saint Gail, fourni par M. Patouche, montre que tous les types d’organisations spatiales existent dans les manuscrits médiévaux, et donc que les choses sont plus compliquées que ça. D’autre part, il y a chez Morris, comme ci-dessous, des manuscrits avec envahissement de l’espace du texte par les bordures végétales.

Morris, Fairfax-Murray, Burne-Jones, Wardle, A Book of Verse, encre, aquarelle et dorures sur papier, 1870. Source: doc. pers.

On trouve donc de tout, aussi bien dans les manuscrits médiévaux que dans ceux de Morris. Cette inventivité des manuscrits est essentiellement due à l’absence des restrictions techniques qui caractérisent au contraire les livres imprimés jusqu’au début du XXe siècle, dans lesquels les conditions et techniques d’impression influent sur l’organisation de la page. A la main, c’est long, mais on peut tout faire. Avec une presse, c’est plus rapide, mais on ne peut pas tout faire. Avec un logiciel, on peut (on pourra?) tout faire, c’est relativement rapide, mais c’est beaucoup plus compliqué.

En définitive, pour connaître les modèles de Morris, il faudrait surtout enquêter dans sa vie privée, pour savoir à quels manuscrits et à quels incunables il a eu accès, et ainsi reconstituer sa « bibliothèque imaginaire », afin de voir où est l’invention, où sont les emprunts. Le travail a déjà été en grande partie effectué pour la typographie; pour l’organisation de la page c’est plus compliqué, sachant qu’il y a non seulement les incunables, mais aussi les manuscrits qui rentrent en ligne de compte.
Pour la fin de ce billet, je voudrais présenter une calligraphie de William Morris dont j’aurais bien aimé connaître l’existence avant la rédaction et la soutenance de ma thèse: il s’agit d’une calligraphie de jeunesse, inachevée et assez maladroite, prenant pour texte un conte de Grimm, Der Eisenhans (L’homme de fer, ou Hans de fer). Qui sait, je pourrais peut-être l’exploiter pour la publication, si un jour elle advient?

Morris, Der Eisenhans (Grimm), encre, aquarelle et peinture dorée sur vellum, 1857. Source: doc. pers.

Kelmscott Press

En ce moment, je prépare un petit cours sur l’impression de l’image et du texte au XIXe siècle, de Didot à Morris. Qu’est ce que c’est beau les productions de la Kelmscott Press de William Morris! Je sais que c’est un peu réactionnaire d’aimer les recréations néogothiques victoriennes des livres imprimés du XVe siècle, mais on ne peut pas nier que William Morris avait le sens de la mise en page. C’est même plutôt bien que le texte, sur deux colonnes, ne soit pas justifié mais ferré à gauche, ça laisse un peu de blanc à la page, ce qui évite d’accentuer l’effet de masse déjà obtenu par une décoration surchargée des bordures et des lettrines (cliquer sur l’image pour la voir en plus grand).

Burne-Jones (illustrations), Morris (typo, lettrines et bordures), The Works of Geoffrey Chaucer, Kelmscott Press, 1896. Source: doc. pers.

Je pense que politiquement (il ne faut pas oublier qu’il était socialiste militant), William Morris, de nos jours, aurait été dans le camp de la décroissance: contre le Grand Capital, on revient aux méthodes de production de «nos ancêtres», on revalorise l’artisanat, la qualité au lieu de la quantité, on lutte pour de bonnes conditions de production (comme pour le commerce équitable, qui est une version mondialisée de la conscience de classe propre à la culture ouvrière syndicale… sauf qu’elle ne vient pas des mêmes acteurs), etc. «William Morris, un prototype de la culture bobo?» Un beau titre de communication, ça, il faudra que je me penche là-dessus.

The Recuyell of The Historyes of Troye (Raoul Lefèvre, trad. William Caxton), Kelmscott Press, 1892. Source: doc. pers.

Admirez ça, si ce n’est pas une bonne idée d’imprimer les têtes de chapitre en rouge! Depuis les années 1980, on est dans une culture moderne qui fait du vide autour du texte, et qui privilégie les outils de la position du texte, de sa taille, et du blanc de la page pour mettre en valeur les éléments paratextuels (titre, note, changement de paragraphe, etc.). Mais dites-moi, ça n’a pas plus de gueule de tout garder au même corps et de ne pas faire d’interligne, et d’utiliser tout simplement des encres de couleur différente pour désigner ce qui n’appartient pas proprement au texte? Ca serait intéressant d’utiliser des couleurs pour imprimer le texte dans l’édition «courante», non? Je suis sûr que des tentatives modernes ont été faites, mais jamais dans des livres de grande diffusion. En général on se cantonne au noir. C’est bien le noir. Mais un peu de rouge de temps en temps, ça ferait du bien, dans nos livres de poche (à condition que ce soit un beau rouge, bien sûr).

Journée d’étude sur la littérature enfantine norvégienne

Avant tout, mille excuses de ne pas avoir donné de nouvelles ces temps derniers: entre la correction et la mise en page de la thèse de Charlotte, le déménagement, et la reprise d’un nouveau travail (post-doc à l’université de Tours), j’ai eu peu de temps à accorder aux ombres vertes.

Juste un petit mot, donc, pour signaler une journée d’étude sur la littérature enfantine norvégienne à la Bibliothèque Sainte Geneviève (Bibliothèque Nordique), à Paris. La seconde intervention d’Elena Balzamo (EHESS), qui est une grande traductrice de contes scandinaves, et qui avait eu la gentillesse de venir assister à partie de ma soutenance, est notamment à voir. Après le troll, la description et le programme.

Theodor Kittelsen, Troll, 1911.

Lundi 22 septembre 2008, à la Bibliothèque nordique – Bibliothèque Sainte-Geneviève – 6, rue Valette – 75005 Paris

En novembre 2006, le roman Kurt et le Poisson, écrit par Erlend Loe a remporté le prix Tam Tam au Salon livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis. L’année suivante, pour son album L’Eté de Garmann, publié en France aux éditions Albin Michel Jeunesse, Stian Hole est couronné du Ragazzi Award, le plus grand prix décerné à la Foire internationale de Bologne. En 2008, c’est à nouveau un Norvégien, Øyvind Torseter, à qui est décernée cette récompense, grâce à Détours, que le public français découvrira en novembre prochain aux éditions La Joie de Lire. Le succès de la littérature norvégienne pour la jeunesse ne se dément pas, et pourtant, elle demeure encore une terra incognita pour de nombreux médiateurs français du livre. De fait, les romans et albums norvégiens pour enfants et adolescents sont depuis longtemps traduits en France. En témoignent la publication de romans classiques de l’après-guerre, comme ceux de Torbjørn Egner ou d’Anne-Cath. Vestly, ou plus contemporains de Tormod Haugen, Ragnar Hovland ou Hilde Hagerup, pour ne citer qu’eux. Néanmoins, c’est avec Le Monde de Sophie de Jostein Gaader, publié en français en 1995, que la littérature destinée à la jeunesse en provenance de notre pays a trouvé une réelle résonance dans le monde francophone, ouvrant la voie à un regain d’intérêt de la part des éditeurs comme du public.

Souhaitant profiter de l’accueil positif, tant en France qu’à l’étranger, de cette expression littéraire, l’Ambassade Royale de Norvège, NORLA (le Centre de promotion de la littérature norvégienne à l’étranger) et le traducteur Jean-Baptiste Coursaud organisent depuis 2007 diverses manifestations pour promouvoir sur le territoire français la richesse de cette littérature. Aujourd’hui, ces mêmes acteurs s’associent à Livres au trésor et à la Bibliothèque Nordique pour proposer aux professionnels français du livre pour la jeunesse (bibliothécaires, libraires et documentalistes) cette journée d’étude.


Programme de la journée :

9 h 30 : Tradition et renouveau. Un regard rétrospectif sur la littérature norvégienne pour la jeunesse, par Harald Bache-Wiig, professeur à l’Institut d’études linguistiques et des langues et cultures nordiques, Université d’Oslo.

10 h : Les contes norvégiens, par Elena Balzamo, essayiste, critique littéraire, traductrice.
11 h : Romans et albums norvégiens, par Grui Fjeldberg, essayiste, critique littéraire.

12 h 30 : Déjeuner.

14 h : Langues norvégiennes et ateliers de traduction, par Jean-Baptiste Coursaud, traducteur, spécialiste des littératures scandinaves et de littérature pour la jeunesse.
15 h : La politique du livre en Norvège, par Anne-Trine Kjørholt, directrice du Centre norvégien de recherche sur l’enfance, maître de conférence à l’Université des sciences naturelles et techniques, NTNU, Trondheim, Norvège.

15 h 45 : Table-ronde sur la place de l’enfant dans les sociétés norvégienne et française, animée par Véronique Soulé, responsable de Livres au trésor, avec Anne-Trine Kjørholt, Harald Bache-Wiig et Régine Sirota (à confirmer), sociologue de l’enfance, professeur à l’Université Paris V-René Descartes, Paris.

Inscription (gratuite) et informations :

Ambassade royale de Norvège – Laura Marie Harbsmeier : 01 53 67 04 00 – info.paris@mfa.no

Livres au trésor – Véronique Soulé : 01 48 30 54 72 – livres.au.tresor@ville-bobigny.fr

www.livresautresor.net