Grimault, Takahata, Miyasaki

L’abbatiale de Fontevraud

Hier, nous sommes allés avec Charlotte nous promener du côté de l’abbaye de Fontevraud (dans le 49), pour aller visiter l’exposition « Mondes et Merveilles du dessin animé: Grimault, Takahata, Miyasaki ». Nous connaissions déjà l’abbaye, que nous visitons à peu près à chaque fois que nous accueillons des amis, venus de Paris ou d’ailleurs pour visiter la Touraine. C’est un monument d’autant plus incontournable de la région Anjou-Touraine qu’il est le lieu d’une programmation culturelle très ambitieuse pour une institution située à l’écart des grands centres urbains, à la limite entre deux départements et deux régions.

L’exposition « Grimault, Takahata, Miyazaki » est ambitieuse, donc. J’ai malheureusement eu l’impression que Fontevraud n’avait pas eu les moyens de son ambition, surtout du côté de la scénographie, qui est un peu chaotique, où deux films sont projetés, avec leurs bandes-son respectives, à deux mètres de distance, ce qui rend difficile la concentration dans une pièce où tout est juxtaposé dans une scénographie « moderne » visiblement peu maitrisée. Le fait de tout rassembler dans une seule pièce, le grand dortoir, participe à l’impression de confusion générale.

Il reste que, malgré ce défaut principal, le parcours, quand on arrive à le suivre et à se concentrer sur les œuvres (dessins, cellulos, aquarelles, films, reportages vidéos, adaptations en bande dessinée…), est très intéressant, et développe un pan de l’histoire de l’animation qui est peut-être assez connu, mais que personnellement j’ignorais: l’énorme influence qu’a exercé La Bergère et le Ramoneur (1948-52, qui deviendra plus tard, en 1980, Le Roi et l’Oiseau) de Paul Grimault sur les animateurs de la Toei, au Japon. Dont Takahata et Miyazaki, les « stars » de l’animation japonaise en France comme au Japon (à noter qu’un musée Ghibli a ouvert récemment en 2001, consacré aux réalisations du studio du même nom, créé en 1985 par Takahata et Miyazaki).

Grimault a influencé les animateurs japonais sous trois aspects. D’abord, l’aspect technique: animation très fluide, très souple, innovations sans précédent comme des changements de point de vue brusques qui donnent l’impression de mouvements de caméra, etc. Ensuite, l’aspect « créatif », disons: ils ont été fascinés par l’imagination débordante de Paul Grimault, qui avec Jacques Prévert a développé un univers à la fois baroque et intemporel, dans lequel les inventivités visuelles sont innombrables. Enfin, l’aspect thématique: même imaginaire pacifiste, même engagement humaniste contre les horreurs de la guerre (comparaison possible avec Le Tombeau des lucioles de Takahata, notamment), alors que les dessins animés de la même période (années 1940-1970), aux États-Unis surtout, relevaient souvent du pur divertissement.

Robot de Laputa (Le Château dans le ciel), Musée Ghibli, Japon (source lejapon.fr)

On retrouve chez Miyazaki des machines volantes qui semblent directement tirées de l’imaginaire vertical du Roi et l’Oiseau. C’est le mérite de l’exposition que de le montrer assez clairement. On regrette néanmoins que certains points n’aient pas été davantage approfondis: faire remonter par exemple le robot de Miyazaki dans Le Château dans le ciel à celui du Roi et l’Oiseau, et ce dernier à celui du Metropolis de Fritz Lang… avec le même imaginaire de la cité verticale, qui caractérise une bonne partie de l’imaginaire de la ville au XXe siècle. Ou bien la réutilisation des contes et légendes, que ce soit chez Grimault avec les contes d’Andersen, ou chez Miyazaki avec Nausicaa, figure tirée de la mythologie homérique, ou encore avec l’archétype au fonctionnement légendaire de la femme sauvage élevée avec les loups, dans Princesse Mononoké.

Il est vrai que ce dernier sujet est vaste, dans la mesure où une immense partie de la production des dessins animés est consacrée à l’adaptation de vieux contes ou à la création de nouvelles légendes. Et puis, on ne peut pas tout dire en une seule exposition, celle-ci était suffisamment surchargée. Beaucoup reste à faire dans le domaine de l’histoire de l’animation: il faut remercier l’abbaye de Fontevraud pour avoir accueilli une exposition qui en dévoile un petit mais essentiel fragment.

Peter Pan dans les jardins de Kensington

Le numéro d’été de la Grande Oreille est paru, avec un dossier consacré aux jardins. On pourra y retrouver un court article de ma composition portant sur le premier épisode des aventures de Peter Pan, qui se déroulent dans les jardins de Kensington, à Londres, et qui ont été illustrées par Arthur Rackham. Je ne suis pas, personnellement satisfait à 100% du résultat, l’ayant composé et corrigé un peu dans la hâte (et étant celui qui l’a écrit, je suis particulièrement sévère), mais je suis sûr qu’il pourra en intéresser certains.
On trouvera par ailleurs dans ce numéro un article de Claude Lecouteux sur les nains de jardin, un autre de Nicole Belmont sur le jardin dans L’Oiseau de vérité (un conte traditionnel), un article sur Vertumne et Pomone par Frédérique Villemur, un autre sur les jardins dans les contes de Grimm par Sandra Seymour-Hanse, et bien d’autres choses, toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Arthur Rackham, ill. pour Peter Pan in Kensington Gardens. Source: doc. pers.

Le monde de Dante

John Flaxman, Charon convoie les damnés au-dessus de l’Achéron, gravure sur cuivre, 1793. Source: worldofdante.org

Juste un petit mot pour signaler la récente mise en ligne d’un excellent site internet consacré à Dante et son œuvre, avec une galerie d’images très conséquente (les illustrations de Botticelli, Flaxman, Doré, entre autres…); une frise chronologique; quelques articles; des cartes de l’enfer (allez voir celle de Botticelli, elle est splendide quand on plonge dans les détails), du purgatoire et du paradis, mais aussi de la Toscane et de la Florence de l’époque; et enfin l’intégralité de la Divine Comédie, en italien et en anglais (le site est réalisé par une université américaine).
Ce site est beau, clair, et est une leçon à donner aux concepteurs de sites scientifiques: victorianweb, à côté, malgré toute la richesse de son contenu, est bien laid et bien compliqué d’utilisation.

Gustave Doré, Béatrice rendant visite à Virgile dans les limbes, 1890 (1861 pour la première édition). Source: worldofdante.org