Archives de catégorie : typographie

William Morris, Walter Crane et le graphisme Arts and Crafts

Je donne la semaine prochaine une communication/conférence consacrée aux relations entre ornement, figure et typographie chez William Morris et Walter Crane dans le cadre de l’édition 2015 du Printemps de la typographie organisé par l’École Estienne. L’événement se déroule les 12 et 13 mars 2015 à l’INHA, auditorium Colbert, 2, rue Vivienne, 75002 Paris, et nécessite une inscription préalable.

Capture d’écran 2015-02-10 à 21.47.39Cette conférence s’inscrit dans la continuité de mes recherches sur Walter Crane, et de mes réflexions sur William Morris et la Kelmscott Press. La bibliographie sur Morris est très abondante, et je ne dirai donc rien de très neuf sur l’œuvre de cet exceptionnel artiste. En revanche, cette dernière est plus rarement mise en relation avec celle des artistes de son époque, et c’est donc sur une comparaison avec les livres de Walter Crane que j’axerai mon propos, pour essayer d’élargir les choses et tenter, peut-être (ou non), de définir quelque chose qu’on pourrait appeler le “graphisme Arts and Crafts”.

Plus d’informations sur l’événement sur le site de l’école Estienne. Le programme est téléchargeable dans le lien ci-dessous.

programme_printemps_typo_2015

Garamond ou Garamont?

Très beau site sur la police de caractères Garamond, à l’occasion du 450e anniversaire de la mort de son créateur, Claude Garamont. Vous souhaitez en savoir plus sur ce caractère classique, indémodable, sur les circonstances de sa création, ses variations historiques, ses recréations contemporaines, les valeurs et symboliques qui lui sont attachées? Allez-y voir, c’est hébergé et produit par le ministère de la Culture, et très bien fait.

Le livre au corps

Cette semaine j’interviendrai au cours d’une des deux journées d’études organisée par Alain Milon et Marc Perelman (Paris 10) à l’INHA, journées d’études réunies sous le titre Le livre au corps.
C’est là le dernier volet d’un triptyque organisé autour de l’esthétique du livre; les deux premiers, Le Livre et ses espaces et L’Esthétique du livre, ont déjà été publiés par les presses de Paris Ouest.


Voilà le programme. J’interviens personnellement le jeudi en début d’après-midi. Avis aux amateurs…

JEUDI 24 JUIN 2010

10h00-10h30 : Accueil et présentation du colloque et de l’ouvrage L’Esthétique du livre aux presses universitaires de Paris Ouest par Alain Milon et Marc Perelman

APPROCHE PHENOMENOLOGIQUE DU LIVRE

– 10h30-11h00 : Le livre comme « objet investi d’esprit » : chair et sens du texte, Anne Coignard (CREA, Ecole polytechnique)

APPROCHE HISTORIQUE DU CORPS DE LIVRE

– 11h00-11h30 : La Femme livre : fragmentation du corps féminin dans les recueils de blasons anatomiques à la Renaissance, Irène Salas (EHESS, Paris)
– 11h30-12h00 : Discussion

– 14h00-14h30 : Les Reliures armoriées, métaphore corporelle du temps de Louis XVI, Peggy Manard (BNF)
– 14h30-15h00 : Les Trois Corps du livre : vocabulaire et mise en page du livre illustré au XIXe siècle, François Fièvre (Université de Tours)
– 15h00-15h30 : Discussion

CORPS VIVANT ET CORPS DE LIVRE

– 16h00-16h30 : Écriture des troubles alimentaires : du corps-livre au livre-corps, Karin Bernfeld (écrivain)
– 16h30-17h00 : Du journal intime au corps de la femme chorégraphe : une forme singulière de la créativité, Billana Vassileva-Fouilhoux (Université de Paris III)
– 17h00-17h30 : Ceci est mon livre : quelques stratégies opératoires du livre d’artiste au Québec, Danielle Blouin (Université du Quebec à Montréal)
– 17h30-18h : Discussion

VENDREDI 25 JUIN 2010
METAMORPHOSES DE LIVRE, METAMORPHOSES D’ECRITURE

– 10h-10h30 : Le livre de Mallarmé : Texture et performance, Peter Krilles (Université de Paris III)
– 10h30-11h : Le corporel et le incorporel chez Henri Michaux (« Par des traits »), Serge Chamchinov (chercheur, artiste peintre, concepteur de livres d’artiste)
– 11h30-12h00 : Autour de Poésie pour pouvoir de Michaux, Lorraine Dumenil (Paris VII)
– 12h00-12h30 : Discussion

– 14h00-14h30 : Pétrole de Pasolini : corps du verbe, Marie-Françoise Buresi-Collard (Université Paris I)

DISPARITION DU CORPS DU LIVRE

– 15h00-15h30 : Le Livre, un corps luminescent : modernisme et dématérialisation graphi-que de l’imprimé, Victor Guegan
– 15h30-16h00 : Artiste chirurgien du livre, Anna Rykunova (EHESS, Université Humboldt, Berlin)
– 16h00-16h30 : DISCUSSION et SYNTHESE

Colloque organisé par Alain Milon et Marc Perelman, Professeurs à l’Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense

L’art invisible

Non, je ne veux pas parler du livre de Scott McCloud sur la bande dessinée. Simplement signaler la sortie, sinon aujourd’hui 14 novembre (date annoncée de publication), du moins très prochainement, d’un livre sur la typographie du livre français. Réalisé par les étudiants du pôle Métiers du Livre de l’IUT de Bordeaux sous la direction de leurs professeurs d’édition et d’histoire de la typographie, Olivier Bessard-Banquy et Christophe Kechroud-Gibassier, cet ouvrage regroupe à la fois des études historiques et des rencontres professionnelles» avec des éditeurs, graphistes, typographes… Le livre, paru aux Presses Universitaires de Bordeaux, a l’air d’être intéressant non seulement parce qu’il nous instruit de certains éléments de l’histoire des caractères, mais également parce qu’il plaide pour un renouveau de l’art de création des fontes et de composition des caractères.

Moins complet que le manuel de James Felici, plus centré sur la France et donc moins général que le livre d’Ellen Lupton sur la même question, ce livre a donc par ailleurs la particularité d’être sinon polémique, du moins programmatique. Dans l’article de Livres Hebdo que j’ai lu sur le sujet, des éditeurs comme Allia, Fata Morgana ou Tristram sont cités en exemples de maisons pour qui la présentation physique du texte a de l’importance. Plus une typo est visible, moins elle est lisible. Et inversement. C’est pourquoi on peut parler d’art invisible, tant les efforts des typographes et des graphistes qui s’acharnent à produire des fontes de qualité passent généralement inaperçus, dans notre univers visuel où les apostrophes et les guillemets droits tendent à s’imposer même dans l’édition papier.

Typographie

Dans mes recherches sur les Didot, j’ai trouvé un excellent site internet sur la typographie: Affaire Esperluette. Il y a plein d’explications sur les familles de caractères (humanes, réales, didones, linéales, etc.), ainsi que sur quelques polices très connues ou importantes historiquement (le Times, le Grandjean, le Garamond, le Caslon, le Baskerville, etc.) Vraiment très bien fait, ce site, je trouve. Je regrette juste qu’il n’y ait pas un peu plus d’exemples visuels: il y en a, mais pas sur toutes les pages.

Calligraphies de William Morris

William Morris, King Hafbur and King Siward, encre et aquarelle sur papier, c. 1873. Source: doc. pers.

Dans la lignée du précédent billet, et pour répondre à certaines des remarques qui lui ont été faites, un autre visage de William Morris, celui du calligraphe… où l’on remarque encore une fois la proximité du travail de notre artiste victorien avec les enlumineurs et calligraphes médiévaux. Ci-dessous, une photographie du manuscrit de Saint Gail, fournie par la bibliothèque virtuelle CESG via M. Patouche, où l’on retrouve le système des encres bicolores, avec incipit en rouge et corps du texte en noir. Comme l’a fait remarquer M. Patouche par mp, on dirait presque un livre imprimé, et pourtant ça date du IXe siècle: grandes marges vides, « justification » du texte, cadrage de l’image qui donne l’impression d’une planche gravée, position de la lettrine…

Manuscrit de Saint Gail, fin du IXe siècle. Source: doc. pers.

Ce sont donc ces modèles de manuscrits qui ont inspiré notre manière de concevoir le livre imprimé, et cela depuis le XVe siècle (Voir La Naissance du livre moderne, Henri-Jean Martin, éditions Cercle de la Librairie; on peut aussi aller voir la page incunable de Wikipedia).

Comme je disais, donc, William Morris s’est non seulement intéressé aux incunables, mais aussi à la calligraphie médiévale. Aussi il est difficile de déterminer ses modèles artistiques, que ce soit en tant qu’imprimeur ou en tant que calligraphe. Il serait trop simple (mais évidemment pas complètement faux) de dire qu’il s’inspire des manuscrits médiévaux pour ses travaux de calligraphie, et des incunables pour ses travaux d’imprimeur. Mais comme les incunables s’inspirent eux-mêmes des manuscrits, ça brouille un peu la chaîne déterministe des inspirations, et il paraît probable que Morris s’inspire des manuscrits médiévaux comme des incunables, à la fois pour ses travaux d’imprimeur et de calligraphe.

William Morris, Rubaiyat d’Omar Khayyam, encre, aquarelle et dorures sur vellum, 1872. Source: doc. pers.

Si le principe de la dorure à l’intérieur de la page, dans l’exemple ci-dessus, semble directement inspiré des manuscrits médiévaux, on remarquera néanmoins la (relative) séparation du texte et de l’image, qui ne s’entremêlent pas, et qui semble découler de l’organisation des incunables, où la planche xylographique et la typographie sont séparées spatialement, plutôt que des manuscrits. Cependant, l’exemple du manuscrit de Saint Gail, fourni par M. Patouche, montre que tous les types d’organisations spatiales existent dans les manuscrits médiévaux, et donc que les choses sont plus compliquées que ça. D’autre part, il y a chez Morris, comme ci-dessous, des manuscrits avec envahissement de l’espace du texte par les bordures végétales.

Morris, Fairfax-Murray, Burne-Jones, Wardle, A Book of Verse, encre, aquarelle et dorures sur papier, 1870. Source: doc. pers.

On trouve donc de tout, aussi bien dans les manuscrits médiévaux que dans ceux de Morris. Cette inventivité des manuscrits est essentiellement due à l’absence des restrictions techniques qui caractérisent au contraire les livres imprimés jusqu’au début du XXe siècle, dans lesquels les conditions et techniques d’impression influent sur l’organisation de la page. A la main, c’est long, mais on peut tout faire. Avec une presse, c’est plus rapide, mais on ne peut pas tout faire. Avec un logiciel, on peut (on pourra?) tout faire, c’est relativement rapide, mais c’est beaucoup plus compliqué.

En définitive, pour connaître les modèles de Morris, il faudrait surtout enquêter dans sa vie privée, pour savoir à quels manuscrits et à quels incunables il a eu accès, et ainsi reconstituer sa « bibliothèque imaginaire », afin de voir où est l’invention, où sont les emprunts. Le travail a déjà été en grande partie effectué pour la typographie; pour l’organisation de la page c’est plus compliqué, sachant qu’il y a non seulement les incunables, mais aussi les manuscrits qui rentrent en ligne de compte.
Pour la fin de ce billet, je voudrais présenter une calligraphie de William Morris dont j’aurais bien aimé connaître l’existence avant la rédaction et la soutenance de ma thèse: il s’agit d’une calligraphie de jeunesse, inachevée et assez maladroite, prenant pour texte un conte de Grimm, Der Eisenhans (L’homme de fer, ou Hans de fer). Qui sait, je pourrais peut-être l’exploiter pour la publication, si un jour elle advient?

Morris, Der Eisenhans (Grimm), encre, aquarelle et peinture dorée sur vellum, 1857. Source: doc. pers.

Kelmscott Press

En ce moment, je prépare un petit cours sur l’impression de l’image et du texte au XIXe siècle, de Didot à Morris. Qu’est ce que c’est beau les productions de la Kelmscott Press de William Morris! Je sais que c’est un peu réactionnaire d’aimer les recréations néogothiques victoriennes des livres imprimés du XVe siècle, mais on ne peut pas nier que William Morris avait le sens de la mise en page. C’est même plutôt bien que le texte, sur deux colonnes, ne soit pas justifié mais ferré à gauche, ça laisse un peu de blanc à la page, ce qui évite d’accentuer l’effet de masse déjà obtenu par une décoration surchargée des bordures et des lettrines (cliquer sur l’image pour la voir en plus grand).

Burne-Jones (illustrations), Morris (typo, lettrines et bordures), The Works of Geoffrey Chaucer, Kelmscott Press, 1896. Source: doc. pers.

Je pense que politiquement (il ne faut pas oublier qu’il était socialiste militant), William Morris, de nos jours, aurait été dans le camp de la décroissance: contre le Grand Capital, on revient aux méthodes de production de «nos ancêtres», on revalorise l’artisanat, la qualité au lieu de la quantité, on lutte pour de bonnes conditions de production (comme pour le commerce équitable, qui est une version mondialisée de la conscience de classe propre à la culture ouvrière syndicale… sauf qu’elle ne vient pas des mêmes acteurs), etc. «William Morris, un prototype de la culture bobo?» Un beau titre de communication, ça, il faudra que je me penche là-dessus.

The Recuyell of The Historyes of Troye (Raoul Lefèvre, trad. William Caxton), Kelmscott Press, 1892. Source: doc. pers.

Admirez ça, si ce n’est pas une bonne idée d’imprimer les têtes de chapitre en rouge! Depuis les années 1980, on est dans une culture moderne qui fait du vide autour du texte, et qui privilégie les outils de la position du texte, de sa taille, et du blanc de la page pour mettre en valeur les éléments paratextuels (titre, note, changement de paragraphe, etc.). Mais dites-moi, ça n’a pas plus de gueule de tout garder au même corps et de ne pas faire d’interligne, et d’utiliser tout simplement des encres de couleur différente pour désigner ce qui n’appartient pas proprement au texte? Ca serait intéressant d’utiliser des couleurs pour imprimer le texte dans l’édition «courante», non? Je suis sûr que des tentatives modernes ont été faites, mais jamais dans des livres de grande diffusion. En général on se cantonne au noir. C’est bien le noir. Mais un peu de rouge de temps en temps, ça ferait du bien, dans nos livres de poche (à condition que ce soit un beau rouge, bien sûr).