Le nouveau “musée Grimm” de Kassel

Sur les réseaux sociaux, j’ai eu l’occasion de voir circuler un article tout à fait enthousiaste à l’occasion de l’annonce de l’ouverture prochaine d’un nouveau musée dédié aux frères Grimm dans la ville de Kassel, en Allemagne. Je comprends tout à fait la joie de tout un chacun à l’annonce de l’ouverture d’une nouvelle institution culturelle, surtout en une période de restriction budgétaire pour la plupart des pays européens, où la culture est souvent la première touchée par les baisses de budget.

Toutefois il serait bon de raison garder, et surtout de rétablir la vérité face à quelques désinformations véhiculées par cet article. J’ai eu l’occasion l’automne dernier, très brièvement, de discuter de l’ouverture de ce nouveau musée avec le directeur du désormais ancien musée Grimm de Kassel, M. Bernhard Lauer,  et il semble que la réalité soit bien moins rose qu’il n’y paraît.

Palais Bellevue/Musée Grimm de Kassel, avec au premier plan une sculpture représentant une princesse de contes de fées (“Le Roi grenouille”?)Photo: Andreas Berthel © Stadt Kassel / Kulturamt

Tout d’abord, l’article précise bien qu’il ne s’agira pas de faire un nouveau musée ni même de redonner un coup de jeune à l’ancien musée qui avait ouvert ses portes au palais Bellevue en 1959. Non, il s’agit de réaliser un grand parc d’attractions intitulé “Grimm World”, au milieu d’un parc, avec (d’après l’article) 1600 m2 d’espace d’exposition, dont une partie seulement sera dédiée à l’exposition de collections muséales à proprement parler. En effet, il y aura aussi des espaces où les enfants pourront manger autour d’une table avec les sept nains, ou bien pousser la sorcière dans le four avec Gretel. Et on imagine mal que ces espaces soient partagés avec ceux dédiés aux collections de manuscrits, livres, gravures et peintures anciennes. Comme le dit élégamment le maire de Kassel: « This is not a classical museum, but rather a world of hands-on. » Plutôt qu’un musée à proprement parler on risque donc d’avoir un ensemble d’attractions ou de “mises en situation” où l’interactivité prime sur la pédagogie, et où la mise en valeur des collections patrimoniales passe clairement au second plan par rapport à un objectif de divertissement touristique (“The museum is expecting some 80,000 visitors a year”).

Surtout, la fin de l’article accumule les contre-vérités. “A previous Grimm museum was in a 300-year-old downtown house where they never actually lived and was rather dull, aimed at adults.” Certes les frères Grimm n’ont jamais vraiment habité au palais Bellevue, mais l’histoire de Jacob Grimm, bibliothécaire de Jérome Bonaparte qui, pendant les guerres napoléoniennes, devint propriétaire du palais en tant que prince de Westphalie (1807-1813), y est en partie liée. Et surtout c’est un beau et vaste palais du XVIIIe siècle, propre à accueillir des collections d’une « maison d’écrivain », quand bien même le palais ne fut jamais réellement habité par l’écrivain en question. Au lieu de quoi nous aurons donc un « Grimm World » qui n’aura pas plus de lien historique avec les Grimm que le Futuroscope avec Victor Hugo.

Quant au fait que le musée soit “assez ennuyeux” (“rather dull”), c’est probablement vrai pour quelqu’un qui ne s’intéresse ni aux Grimm ni à l’histoire de leurs contes, mais pour le reste cela ressemble franchement à un éloge journalistique du neuf qui passe par un dénigrement systématique et irraisonné de l’ancien. Je ne suis sans doute pas le meilleur juge, étant donné  que je suis moi-même un “Grimm scholar” probablement poussiéreux et pontifiant, mais quand j’ai eu en décembre 2008 l’occasion de visiter le musée Grimm du palais Bellevue, je ne l’ai absolument pas trouvé ennuyeux. Sans doute un peu “kitsch” par moments (l’illustration des contes de fées à l’époque Biedermeier étant sans doute parfois un peu “datée” à notre œil du XXIe siècle), mais certainement pas ennuyeux. La vérité, qui se trouve en fin de phrase, est que l’ancien musée était, d’après le journaliste “destiné aux adultes” (“comprenez: “ce n’était pas pour les enfants parce que ce n’était pas assez ludique”), ce qui en dit long sur deux points: d’une part une méconnaissance crasse du fait que les contes de Grimm n’ont pas pour nécessité de ne se trouver que dans les mains des enfants, et d’autre part le fait que le “Grimm World” sera probablement très décevant (ennuyeux?) pour les adultes désireux de s’informer sur l’histoire des contes et de leurs deux auteurs.

Palais bellevue/Musée Grimm de Kassel, exposition de l'exemplaire des Contes annoté par les frères Grimm (Patrimoine mondial de l'UNESCO) Photo: Andreas Berthel © Stadt Kassel / Kulturamt
Palais bellevue/Musée Grimm de Kassel, exposition de l’exemplaire des Contes annoté par les frères Grimm (Patrimoine mondial de l’UNESCO)
Photo: Andreas Berthel
© Stadt Kassel / Kulturamt

They picked up the stories while they were collecting words for a massive scholarly dictionary of the German language.” Pendant que nous y sommes: c’est faux. Les Grimm ont commencé à collecter des histoires dans l’idée d’alimenter un recueil de chants anciens rassemblés par deux amis écrivains de l’époque, Achim von Arnim et Clemens Brentano. Et les frères Grimm (Jacob en particulier) n’ont commencé à travailler sur leur fameux dictionnaire de la langue allemande qu’une vingtaine d’années plus tard.

Where the old museum laid more emphasis on their work as linguists than as retellers of stories, the new museum, set to open September 4, aims to appeal more to children and their parents.” Encore une fois, le journaliste soit ne vérifie pas ses sources (émanant probablement de la municipalité de Kassel), soit s’arrange avec la vérité pour faire coïncider son discours avec la propagande locale. Le musée du palais Bellevue, comme le montre bien la rubrique Expositions de son site internet, avait multiplié les expositions en rapport avec les contes, qui constituaient même une grande majorité des expositions temporaires. Seulement, en effet, la politique du musée du palais Bellevue ne consistait pas à masquer la triste réalité que les Kinder- und Hausmärchen ne constituent qu’une goutte d’eau dans l’œuvre littéraire, linguistique, historique et philologique des deux frères, et de temps à autre en effet il a pu arriver que le musée ait pu informer ses visiteurs, via une exposition temporaire ou un accrochage particulier, que les frères Grimm aient fait autre chose de leur vie que rédiger les 210 contes qui sont désormais indéfectiblement attachés à leur nom. Mais visiblement, il n’en sera pas de même dans le nouveau “Grimm World”, qui ne sera vraiment que pour les enfants et uniquement dédié aux contes.

Rétablissons donc les faits: la municipalité de Kassel a décidé, pour diverses raisons que nous ignorons, de couper les vivres à une institution culturelle vieille d’un demi-siècle*, d’une envergure internationale (M. Bernhard Lauer a notamment une activité internationale tant en matière de spécialiste “académique” qu’en tant que commissaire d’exposition), pour investir dans un nouvel équipement touristique supposé moins ennuyeux, et surtout plus rentable, mais qui n’a aucune pertinence ni scientifique, ni historique (et donc peut difficilement être considéré comme un équipement culturel).  Il s’agit donc de déshabiller Pierre pour habiller Paul, alors même qu’il aurait pu sembler plus raisonnable, en ce contexte de rigueur budgétaire, de refaire une toilette à Pierre plutôt que d’en acheter une toute neuve, et visiblement bien clinquante, à un Paul créé de toutes pièces pour l’occasion.

Tenons-le nous pour dit: l’aura touristique de Kassel y gagnera peut-être (et encore… la crise n’aidera pas), mais certainement pas la connaissance des contes de Grimm auprès du “grand public”, et encore moins celle du reste de l’œuvre des deux frères. Il semble donc que “Grimm World” pourrait plus justement être baptisé “Fairy Tale World”, voire “Germanic Disney World”, tant il est vrai que l’on n’arrive pas à se débarrasser de l’emprise de l’imaginaire Disney dans l’appréhension du conte de fées, et de la manière dont il peut être présenté à un public adulte aussi bien qu’enfantin: la vie des contes de fées ne se limite pourtant pas à celle d’un parc d’attractions… à moins que l’on ne propose, nec plus ultra de la mise en situation “pour un public familial”, aux parents de cuire leurs enfants dans une grande marmite pour les manger, afin d’imiter la méchante belle-mère du Conte du genévrier?

GrimmMuseum
Animation au musée Grimm de Kassel (palais Bellevue) en 2013.

 

* Les collections du musée Grimm occupent depuis 1972 une partie du palais Bellevue, acquis par la municipalité en 1956 et ouvert en tant que musée municipal en 1959, et elles ont investi la totalité du palais en 1999.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *