Conte-type et web des données

J’aimerais dans ce billet prolonger une réflexion entamée en novembre dernier sur l’utilité qu’il pourrait y avoir à croiser l’approche folkloristique avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). L’idée n’est pas ici celle d’une approche folkoristique de nos sociétés appliquée au matériau du web, ce qui est sans doute tout à fait intéressant, et est d’ailleurs l’objet d’étude d’anthropologues américains comme Trevor J. Blank, qui étudie les mèmes et autres éléments de culture virale d’un point de vue anthropologique. Étudier le folklore d’internet est sans aucun doute passionnant, mais là n’est pas mon sujet : je m’intéresse au conte, et à la manière dont il est possible de comparer des versions orales, textuelles, visuelles, etc. d’un récit.

Or, l’un des outils les plus fréquemment utilisés par les folkoristes pour comparer différentes versions d’un “même” récit a été la typologie Aarne-Thompson, qui est un catalogue de “contes-types”. Qu’est-ce qu’un conte-type ? Nicole Belmont définit cette notion comme un espace narratif et sémantique offrant la possibilité de nombreuses variations. C’est non seulement une structure, mais un ensemble de motifs, qui permettent de dire que La Belle au bois dormant de Perrault et Dornröschen des Grimm, malgré un titre différent, correspondent à “la même histoire”, en l’occurrence le conte-type AT (pour Aarne-Thompson) 410.

Certains détracteurs de l’outil du conte-type, qui est l’élément fondamental de la typologie Aarne-Thompson, lui reprochent de niveler les variations des différentes versions des contes par sa prétention à l’universalité. Cette difficulté me paraît être résoluble assez facilement.

1/ Il faut admettre/comprendre que la notion de conte-type n’a pas de prétention à l’universalité. Comme l’affirme Nicole Belmont après bien d’autres1, l’outil du conte-type a été constitué par les folkloristes de manière empirique, et non “imposé par le haut”, comme par exemple les outils conceptuels de Propp dans son analyse morphologique des contes. Partant, je reprends ici une vieille distinction philosophique entre deux genres de savoirs : ce qui se constitue de manière empirique, et qui n’a de prétention qu’à la généralité, diffère de ce qui se constitue de manière théorique, et qui peut prétendre à l’universalité. Le conte-type fait clairement partie de la première famille, et partant n’a pas prétention à l’universalité : c’est une unité générale, non universelle, de classification des contes.

2/ Il faut admettre/comprendre que le conte-type n’est pas un conte, mais… un type. Ce n’est pas un récit, mais un outil intellectuel permettant de subsumer en lui un certain nombre de récits qui se ressemblent, tant du point de vue de la structure narrative que des motifs. En cela, il ne faut pas, contrairement à ce qui est très couramment fait, confondre la notion de conte-type avec celles de “version” ou de “variante”. Il importe me semble-t-il également dans ce cadre de ne pas ontologiser la notion de conte-type, de ne pas en faire une réalité matérielle : un conte-type n’est pas un texte immobile qui pourrait servir de référence pour comprendre des variations par rapport à lui, vu que… ce n’est pas un texte, mais un simple outil intellectuel permettant de comparer différentes versions textuelles entre elles.

On a parfois aussi reproché à l’outil de conte-type d’être ethnocentré sur l’Europe. Vu que cet outil a historiquement été constitué empiriquement à partir de matériaux européens, il est difficile de lui reprocher de faire ce pourquoi il a été conçu. En revanche, on pourrait lui reprocher d’avoir une prétention à être une clef de lecture universelle pour les contes du monde entier. Mais vu qu’il n’a pas cette prétention (du moins s’il est bien utilisé…), le reproche tombe à l’eau : cet outil est utile pour les contes européens, pas pour les contes asiatiques, africains, amérindiens, etc. En réalité les choses sont plus compliquées, sachant qu’il existe des tentatives d’extension de la typologie Aarne-Thompson aux contes non-européens, mais cela montre seulement que, en l’état, la première n’est pas adaptée aux derniers, mais que, en revanche, parce qu’elle a été constituée de manière empirique et peut encore de ce fait continuer à l’être, elle est adaptable.

Bien évidemment, il existe des mauvais utilisateurs de cet outil, tout comme il existe des gens (enfin… je n’espère pas) qui utilisent un marteau pour planter des vis et un tournevis pour visser des clous. Mais ce n’est pas parce qu’il existe des mauvaises utilisations d’un outil que cet outil est mauvais en soi. Tant qu’on le cantonne à sa fonction, qui est de fournir un outil de classification des contes (pour l’instant) européens, c’est un outil qui s’avère au contraire indispensable pour tenter d’y voir clair dans la profusion des matériaux ethnographiques recueillis depuis deux cents ans, et, avec plus de prudence, des matériaux littéraires.

Soyons clairs également sur un autre point : on peut tout à fait étudier les contes sans utiliser cet outil. Les études littéraires, la plupart du temps, quand elles prennent pour objet la genèse ou la diffusion d’un conte écrit, se confrontent à une dizaine ou une vingtaine maximum de textes différents, dont elles étudient les variations en détail : le faible nombre des textes envisagés rend sans doute dans ce cas inutile l’utilisation d’un outil classificatoire. Mais dès qu’on passe à l’échelle supérieure, et qu’on essaye par exemple de faire le point sur la fortune du conte de Barbe bleue en langue anglaise, ou bien sur le cycle de Cendrillon dans la tradition orale et écrite d’Occident, on se voit confronté à un tel nombre de textes que, ne serait-ce qu’à un stade propédeutique, l’outil du conte-type trouve une utilité certaine.

Du coup, en quoi les NTIC peuvent-elles nous aider à utiliser cet outil ? Je vois deux possibilités.

La première est la possibilité d’une construction/modification/extension de cette typologie de manière collective et internationale par le biais des NTIC. Faire un wiki ? Une base de données en ligne ? Vu la complexité du travail, quel que soit l’outil, il importe 1/ qu’il soit controlé par des personnes compétentes, vu qu’il ne s’agit pas d’effacer ou d’intervertir des numéros n’importe comment, mais de compléter la liste là où la numérotation le permet, ou de subdiviser les numéros, etc., 2/ qu’il soit international, et donc multilingue (au moins allemand/anglais/français, langues dans lesquelles à ma connaissance cette typologie a été utilisée, mais peut-être d’autres langues sont-elles nécessaires, ma connaissance sur le sujet est limitée). En gros, ce que Hans-Jörg Uther, éditeur de l’Enziklopädie des Märchens, a fait récemment de manière traditionnelle en proposant un remaniement de la typologie prenant la forme de trois lourds et coûteux volumes reliés, il s’agirait de le faire en ligne, en open access, et sous forme de travail continu, de work in progress permanent. C’est un travail complexe, mais vu que la numérotation n’est pas censée bouger2, c’est méthodologiquement possible, et sans doute plus facilement faisable avec les NTIC que sans. Ce qui est compliqué à formaliser sous la forme d’un livre (par exemple le nom du conte-type dans le catalogue du conte français de Delarue, différent de celui donné par le catalogue d’Aarne, différent de celui donné par Aarne-Thompson…) serait “facile” à formaliser sous la forme d’une base de données. Le numérique est d’ailleurs de manière générale plus approprié que l’imprimé à ces formes de documents réunissant une multitude d’unités discrètes que sont les index, listes, encyclopédies, dictionnaires, etc.

La deuxième prend en compte non la possibilité, réelle, d’outils numériques de construction collaborative de données, mais celle, à venir, d’un web des données. Pour faire simple, prenons un exemple tout à fait fictif. Une équipe de chercheurs du Brésil décide de mettre à disposition sous forme numérique un ensemble de contes recueillis de la tradition orale lusophone à la fin du XIXe siècle. Parallèlement, une équipe de chercheurs français élabore une édition critique en ligne des contes de Perrault. Les deux corpus contiennent un ou plusieurs textes qui sont des versions du conte-type AT 410 (« La belle au bois dormant »). Comment faire pour que l’internaute, quand il cherche plusieurs versions du conte « La belle au bois dormant », puisse se voir renvoyés les liens vers ces deux corpus très différents ? Et comment faire pour que, en consultant l’édition critique de Perrault, il puisse ensuite facilement se voir renvoyé vers d’autres versions du même récit ? Il faut pour cela que, à un endroit du document web (dans les métadonnées pour un document écrit, tel un texte édité en TEI, dans les données pour une base de données), on puisse spécifier les contes-types. La structuration des données et les algorithmes de recherche font le reste. Le conte-type pourrait donc constituer, parce que c’est un outil avant tout d’indexation et de classification, et en cela approprié à la logique informatique, une formidable porte d’entrée vers le web des contes. Si les contes-types, par exemple, pouvaient faire leur entrée dans les encodages de la TEI (ce qui ne semble pas être le cas, j’ai regardé très rapidement dans les guidelines, mais je n’ai pas trouvé d’entrée “tale-type”), on pourrait faire le lien entre Chaucer, Straparole, Souvestre, Grimm, Perrault, et bien des recueils anonymes de tradition orale. Faire le lien, néanmoins, n’est pas analyser, encore moins interpréter, ce qui reste, selon moi (et bien d’autres) l’apanage des êtres humains sensibles à la pensée symbolique, non celui des ordinateurs qui ne peuvent faire que de la textométrie, contrairement à ce que certains voudraient leur faire faire.

Et il en va du conte-type comme d’une entrée d’index : certes, comme le remarque Nicole Belmont, le conte-type n’est pas qu’un espace narratif, mais aussi un espace sémantique. Mais c’est à l’humain – chercheur en littérature, en anthropologie, ou tout simplement lecteur ou auditeur – d’en construire le sens : le conte-type n’est là, comme internet, comme la forme codex, que pour lui dire où chercher.

 

 

1 Nicole Belmont, « Du catalogue à l’“histoire cachée”. À propos de la typologie Aarne-Thompson », dans Mythe, conte et enfance. Les écritures d’Orphée et de Cendrillon, Paris : L’harmattan, 2010, p. 31-48. (Paru à l’origine dans les Cahiers de littérature orale, 2001, no 50.) Un autre article important est celui de Marie-Louise Tenèze, « Du conte-type et du genre », Fabula, no 20, 1979. On pourra aussi lire sur JStor une critique (positive comme négative) de cet outil par le folkloriste américain Alan Dundes.

2 Il faudrait néanmoins inévitablement partir de la dernière liste Aarne-Thompson-Uther, plus complète et à jour que la liste Aarne-Thompson.


Une réflexion au sujet de « Conte-type et web des données »

  1. Oui! 100 fois oui! C’est sur cette intuition forte qu’est né le projet Storypedia au startup weekend de mai dernier à Saint-Malo. L’idée d’origine de créer une base de données partagée reprenant les typologies de Aarne-Thompson et Propp a entretemps évolué, vers un projet d’application « grand public », notamment parce que le public visé nous semblait trop restreint pour le travail titanesque qu’un tel projet supposerait. Cet article prouve qu’il n’est pas si restreint que ça! Rencontrons-nous au plus vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *